EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Smart Regions : Téléprométheus au chevet de l'hôpital de Nicosie

En partenariat avec The European Commission
Smart Regions : Téléprométheus au chevet de l'hôpital de Nicosie
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Théléprométheus est une plateforme d'e-learning qui améliore la vie des professionnels de l'unité de soins intensifs de l'hôpital de Nicosie. Une infirmière nous explique en quoi il l'aide au quotidien.

"Je m’appelle Heleni, je suis infirmière dans l’unité de soins intensifs à l’Hôpital de Nicosie. Quand je suis venue pour la première fois ici ils m’ont parlé de Téléprométheus. J’avais un patient qui avait besoin d’une procédure spécifique, cela m’a pris 5 à 10 minutes sur la plateforme pour trouver ce que je devais faire", explique cette infirmière.

Quelque 400 professionnels de santé dans deux hôpitaux de Chypre et de Grèce se servent de ce système d’apprentissage en ligne à 650.000 euros, en grande partie financé par le Fonds de cohésion européen.

SMART REGIONS | Theleprometeus

Téléprométheus permet aux médecins, aux psychologues qui travaillent dans l’unité de soins intensifs de s'entraîner mais c'est aussi un outil interactif pour partager des cas pratiques avec des professionnels à l’étranger.

"On peut recevoir des informations d’autres centres où je n’ai jamais pu aller ou discuter du cas de patients avec des médecins. Mais avec ce système ce qui est essentiel, c’est de faire tomber les barrières et les frontières", explique le docteur Marinos Michaelides, anesthésiste.

La plateforme interactive fonctionnera bientôt à plein régime. Il y a deux écrans Téléprométheus dans l’unité de soins intensifs et un autre juste à l’extérieur pour les familles des patients. Des centaines ont déjà bénéficier de ce service, ils peuvent voir exactement quels traitements suivent leurs proches à l’hôpital et même à la maison.

"L’information est donnée dans un langage facile à comprendre pour eux. Il n’y a pas de termes médicaux compliqué. C’est très facile pour eux de comprendre de quoi souffre leur proche", explique Heleni Nikolau.

Partager cet article

À découvrir également

Les coulisses de la gestion d'un supercalculateur tchèque

energy@school : économiser l'énergie, ça s'apprend à l'école !

Quand les enfants deviennent les "gardiens de l'énergie"