EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Un sommet de l’OTAN imprévisible

Un sommet de l’OTAN imprévisible
Tous droits réservés REUTERS/Francois Lenoir
Tous droits réservés REUTERS/Francois Lenoir
Par Grégoire Lory
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Otan se retrouvent mercredi et jeudi à Bruxelles. L’attitude du président américain lors de la rencontre est au centre des préoccupations.

PUBLICITÉ

Les dossiers sont nombreux à l'ordre du jour du sommet de l’Otan ce mercredi et jeudi à Bruxelles. Mais l'enjeu dans les couloirs est de savoir si l'agenda sera éclipsé par les questions financières. Depuis son entrée à la Maison Blanche, le président américain demande à ses partenaires d’augmenter leur budget en matière de défense.

Donald Trump retrouve ses partenaires après avoir déchiré l'accord sur le nucléaire iranien et après avoir augmenté les taxes sur les importations d'acier européen. Il menace d'ailleurs de faire de même sur les voitures européennes. Son message auprès de l'Alliance devrait être simple: payer votre part du budget.

Se positionner face à la Russie

L'Otan fait face à des défis majeurs sur différents fronts comme la Mer Baltique et le Proche-Orient. Mais il y a surtout la question russe. Comment Moscou observe les manœuvres de l'Alliance? L’amélioration de "la mobilité des troupes au sein de l'Otan apportera de nouvelles opportunités. C'est un point qui peut inquiéter la Russie à moyen terme. Elle peut aussi s'inquiéter du renouvellement en cours des équipements techniques des forces de l'Otan", explique Andrey Kortunov, directeur général du Conseil russe des relations internationales.

De son côté l'Union européenne lance déjà le signal d'alarme sur les liens entre Moscou et Washington. "Il est toujours préférable de connaître qui est votre ami stratégique et qui est votre problème stratégique", a déclaré le président du Conseil européen, Donald Tusk.

La rencontre de l’Otan se déroulera quelques jours avant la réunion à Helsinki entre les présidents russe et américain. Moscou pourrait alors tirer profit d'un sommet cacophonique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’ombre de la Russie plane sur le sommet de l’Otan

Poutine vante son arsenal et défie l'OTAN

La Commission européenne boycotte la présidence hongroise en raison des voyages d'Orbán à Moscou et à Pékin