Hongrie/UE : Viktor Orban contre-attaque

Hongrie/UE : Viktor Orban contre-attaque
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Après le vote sanction du Parlement européen, le Premier ministre hongrois Viktor Orban entend engager des poursuites judiciaires. Il dénonce une "vengeance" et un tissu de "mensonges". Il est reproché à Budapest de bafouer les libertés et les valeurs de l'UE.

PUBLICITÉ

Viktor Orban ne lâche rien. Le Premier ministre hongrois, accusé de bafouer les valeurs de l'Union européenne contre-attaque.

Il dit vouloir engager des poursuites judiciaires après le vote sanction du Parlement européen. Les eurodéputés ont activé le 12 septembre dernier l'article 7 pouvant mener à des sanctions contre le pays.

Le dirigeant dénonce le rapport Sargentini qui établit la liste des préoccupations européennes.

"Ce rapport ne peut être décrit que comme une collection absurde de mensonges souligne Viktor Orban_. La manière dont il a été adopté viole clairement le statut de l'Union européenne, même un étudiant en droit peut le constater. Ils veulent engager une procédure contre un État-membre en invoquant une prétendue lacune de l’État de droit, alors qu'ils ignorent eux-mêmes l’État de droit_."

Plus combatif que jamais, Viktor Orban qualifie la résolution européenne "de petite vengeance", une tentative dit-il d'affaiblir sa position de "symbole de résistance à la migration". Le chef du gouvernement hongrois, plus déterminé que jamais à poursuivre sa politique xénophobe et autoritaire. Et ce, dès mercredi, lors du sommet européen de Salzbourg. Sa prochaine bataille : le droit des États membres à défendre leurs propres frontières.

Une position qui ne fait pas l'unanimité dans le pays à l'image de ces manifestants, un défilé organisé dimanche à Budapest par les partis d'opposition. Objectif : exiger que Budapest respecte les valeurs démocratiques européennes.

avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouvelle offensive de Budapest contre la Commission européenne

Défendre l’Etat de droit dans l’UE

Les conflits internationaux dominent le sommet de l’UE