L'heure du verdict pour Radovan Karadzic, "le bourreau de Srebrenica"

L'heure du verdict pour Radovan Karadzic, "le bourreau de Srebrenica"
Tous droits réservés Reuters
Tous droits réservés Reuters
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La justice internationale se prononce aujourd'hui en appel contre l'ancien président des Serbes de Bosnie accusé de génocide et de crimes contre l'humanité lors de l'éclatement de l'ex-Yougoslavie.

PUBLICITÉ

L'heure du verdict final pour Radovan Karadzic : aux Pays-Bas, la justice internationale se prononce aujourd'hui en appel sur la condamnation de l'ex-chef politique des Serbes de Bosnie.

Radovan Karadzic, 73 ans, conteste sa première condamnation : en 2016 il avait été reconnu coupable de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité durant la guerre de Bosnie dans les années 1990. Il avait écopé d'une peine de 40 ans de prison .

Le verdict sera prononcé à partir de 13h00 à La Haye par le Mécanisme pour les tribunaux pénaux internationaux (MTPI), qui a pris le relais du TPIY après la fermeture de celui-ci en 2017.

Toujours considéré comme un héros en Serbie, l'ancien psychiatre reste un bourreau mégalomaniaque aux yeux de nombreux musulmans notamment. Karadzic était à la tête des forces serbes de Bosnie lors du massacre de plus de 8000 musulmans s dans l'enclave de Srebrenica. Avec le siège de Sarajevo, c'est l'une des pires atrocités reprochée à Karadzic.

Après 13 ans de cavale, Karadzic a été arrêté en juillet 2008 dans un bus de la banlieue de Belgrade, trois ans avant l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, condamné en 2017 à la perpétuité.

Richard Holbrooke, défunt architecte des accords de Dayton (États-Unis) qui ont mis fin à la guerre en Bosnie, le décrivait comme "un des pires" hommes qui puisse être. "Il croyait vraiment aux théories racistes (...) Il aurait fait un bon nazi", avait déclaré le diplomate américain.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Charles Michel : la loi sur "l'influence étrangère" éloigne la Géorgie de l'adhésion à l'UE

Restaurer la crédibilité des systèmes électoraux

Exclusif : Michel espère que l'attaque israélienne apparente contre l'Iran mettra fin à l'escalade