EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Massacre de Srebrenica : les Pays-Bas en partie exonérés

Massacre de Srebrenica : les Pays-Bas en partie exonérés
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Cour suprême des Pays-Bas a déclaré vendredi que l’État néerlandais n'avait qu'une responsabilité "très limitée" dans la mort de plusieurs centaines d'hommes musulmans lors du massacre de Srebrenica en Bosnie en 1995.

PUBLICITÉ

Les Pays-Bas partiellement exonérés dans le massacre de Srebrenica en 1995. Selon la Cour Suprême du pays, l’État néerlandais n'a qu'une responsabilité "très limitée" dans la mort de 350 hommes musulmans.

Cette responsabilité a été évaluée à 10% car le tribunal considère que les victimes n'avaient que 10% de chances d'échapper à la mort. En 2017, la Cour d'appel avait jugé cette probabilité à 30%.

L'enclave de Srebrenica, limitrophe de la Serbie, était placée sous la protection de l'ONU lorsqu'elle a été prise le 11 juillet 1995 par les forces serbes de Bosnie.

Connues sous le nom de "Dutchbat" et retranchés dans leur base, les Casques bleus néerlandais avaient recueilli des milliers de réfugiés dans l'enclave des Nations unies.

Mais submergés, ils avaient permis aux Serbes d'évacuer les réfugiés. Les hommes et les garçons avaient alors été séparés et mis dans des bus.

Le massacre de Srebrenica, au cours duquel près de 8000 hommes et garçons musulmans ont été tués, est une des pages les plus noires de l'histoire des Pays-Bas, mais aussi de la guerre de Bosnie (1992-1995).

avec AFP et EFE

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ce que Bruxelles a découvert en enquêtant sur les subventions chinoises et les voitures électriques

La Cour européenne de justice condamne la Hongrie à une amende de 200 millions d'euros pour non-respect des règles en matière d'asile

L'opposition hongroise s'interroge sur la présence d'un allié du Fidesz au sein du groupe PPE