EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Josep Borrell : l'Union européenne « ne s'est inclinée devant personne »

Josep Borrell : l'Union européenne « ne s'est inclinée devant personne »
Tous droits réservés Darko Vojinovic/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Darko Vojinovic/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors que ses services se voient reprocher d'avoir édulcoré un rapport sur la désinformation autour du coronavirus pour ménager la Chine, le chef de la diplomatie européenne se défend.

PUBLICITÉ

Le chef de la diplomatie européenne n'en démord pas : ses services, assure-t-il, n'ont pas cédé aux pressions de la Chine et n'ont pas édulcoré un rapport sur la désinformation autour du coronavirus.

Nous ne nous sommes inclinés devant personne. Permettez-moi d'être clair : nous sommes un service diplomatique. Nous maintenons des contacts permanents avec les représentants des pays tiers. Cela implique d'écouter ce qu'ils pensent de nos politiques et de nos évaluations.
Josep Borrell
Chef de la diplomatie européenne

Auditionné par des députés européens, le Haut représentant a évoqué l'existence de deux documents : l'un destiné à être rendu public et consultable sur le site du service pour l'action extérieure SEAE, l'autre à usage interne. Ce dernier, qui a fuité dans la presse, est nettement plus sévère à l'égard de la Chine et fait référence à une campagne de désinformation mondiale.

Embarrassé par l'affaire, Josep Borrell s'est engagé rechercher l'origine de la fuite. Mais pour  l'eurodéputé Bart Groothuis, du groupe libéral Renew Europe, ce n'est pas forcément la bonne stratégie.

« Ce n'est pas une chasse aux sorcières, dit-il. Nous devons être transparents sur ce qui s'est passé, mais nous ne devrions pas générer de l'anxiété parmi le personnel du service, au contraire, nous devrions le soutenir. »

Le document parallèle évoque notamment des pressions chinoises pour empêcher que Wuhan ne soit mentionné comme étant l'origine du virus. L'ambassadeur chinois auprès de l'Union appelle, pour sa part, à ne pas céder à une vision manichéenne.

« La désinformation est un ennemi pour nous tous et nous devons tous y faire face, insiste Zhang Ming. Depuis le début, la Chine a beaucoup souffert de la désinformation. »

Édulcoration ou pas, la désinformation ne s'est jamais aussi bien portée en cette période de pandémie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Parti populaire européen ouvre la porte à Péter Magyar et à son parti Tisza

Ursula von der Leyen est "mieux placée que les autres candidats"

L'activiste italienne Ilaria Salis a été libérée suite à son élection au Parlement européen