Refouler les migrants en mer : tension entre Londres et Paris

Refouler les migrants en mer : tension entre Londres et Paris
Tous droits réservés Matt Dunham/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Matt Dunham/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Royaume-Uni menace de refouler les bateaux dans la Manche vers le littoral français, une pratique "contraire au droit de la mer" dénonce Paris.

PUBLICITÉ

La nouvelle tactique migratoire du gouvernement britannique provoque la colère de Paris.

La ministre de l'Intérieur du Royaume-Uni Priti Patel a donné son feu vert à la police des frontières pour user de méthodes permettant de forcer des bateaux à faire demi-tour avant qu'ils n'atteignent les côtes anglaises. Une stratégie vivement dénoncée de l'autre côté de la Manche.

La France n'acceptera "aucune pratique contraire au droit de la mer, ni aucun chantage financier" du gouvernement britannique, a averti ce jeudi le ministre français de l'Intérieur Gérald Darmanin.

"En mer, la sauvegarde de la vie humaine prime sur des considérations de nationalité, de statut et de politique migratoire" a-t-il rappelé dans une lettre adressée adressée plus tôt à Londres. "Cela risquerait d'avoir un impact négatif sur notre coopération", a-t-il même averti.

Le Royaume-Uni entend durcir sa politique migratoire alors que les traversées illégales de la Manche se multiplient. Depuis le début de l'année, elles concernent plus de 13 000 migrants, dont plus de 1 000 depuis le début de la semaine.

"Ce genre de stratégie séduit les électeurs de droite ici, mais les personnes averties sont plus sceptiques. Après tout, vous ne pouvez pas faire faire demi-tour à un bateau qui risque de chavirer durant ce processus et cela s'applique certainement à une majorité de petits bateaux, qui sont utilisés par les migrants. De plus, pour renvoyer un bateau vers les eaux françaises, il faut le consentement des Français. Cela apparaît comme une méthode draconienne, que le ministère de l'intérieur britannique pourrait rarement, voire ne jamais, utiliser", estime notre correspondant à Londres, Tadhg Enright.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Espagne : l'extrême droite européenne en meeting à Madrid

Troubles en Nouvelle-Calédonie : pourquoi parle-t-on de l'Azerbaïdjan ?

Deux morts et cinq disparus après une collision de bateaux en Hongrie