EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le Premier ministre slovène provoque une nouvelle polémique au sein de l'UE

Le Premier ministre slovène provoque une nouvelle polémique au sein de l'UE
Tous droits réservés JURE MAKOVEC/AFP or licensors
Tous droits réservés JURE MAKOVEC/AFP or licensors
Par Christopher PitchersEuronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Janez Jansa a accusé des eurodéputés de relayer des théories du complot lors d’une mission en Slovénie sur la liberté de la presse et sur l’Etat de droit.

PUBLICITÉ

C'est une nouvelle tempête politique pour le Premier ministre slovène. Janez Jansa est empêtré dans une controverse lancée jeudi sur Twitter. Dans un message, effacé depuis, il accuse plusieurs eurodéputés de relayer des théories du complot. 

L'attaque est une tentative de discréditer la visite en Slovénie des parlementaires sur la situation de l'Etat de droit et des médias dans le pays. Pour les élus concernés ces remarques sont insupportables. "Il est étonnant que des membres du gouvernement s'engagent dans un débat qui est inadéquate pour une société civilisée", dénonce la Néerlandaise Sophie in’t Veld.

L’élue libérale refuse de commenter les échanges sur Twitter mais elle ne reste cependant pas sans voix. "Les gens peuvent échanger sur ce qu'ils veulent sur Twitter. Ceux qui sont au pouvoir ont une responsabilité particulière sur le ton du débat", insiste Sophie in’t Veld.

Cette controverse est gênante pour l’UE. La Slovénie occupe la présidence semestrielle de l'Union européenne c'est donc le Premier ministre slovène et son gouvernement qui élaborent l'agenda politique des rencontre entre les Etats membres.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Protégez l'Etat de droit en Slovénie" : le message des eurodéputés au dirigeant slovène Janez Jansa

Début de la présidence slovène de l'UE, Bruxelles attend des efforts en matière d'état de droit

La Commission européenne s'inquiète d'un recul démocratique en Italie, en Hongrie et en Slovaquie