EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Espace : l'Union européenne veut maintenir son rang

Espace : l'Union européenne veut maintenir son rang
Tous droits réservés JM GUILLON, HANDOUT / CNES / AFP
Tous droits réservés JM GUILLON, HANDOUT / CNES / AFP
Par Maxime BayceGrégoire Lory
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Face à l'appétit grandissant des puissances mondiales, les 27 veulent investir pour s'assurer une place à la table des poids lourds dans les années à venir.

PUBLICITÉ

L'espace nouveau champ de bataille des grandes puissances. Au milieu des géants américains et des ambitions chinoises ou russes, l'Union européenne tente de maintenir son rang.

La 14e conférence spatiale européenne s'est tenue à Bruxelles ce mardi avec un objectif clair : se projeter dans les transformations technologique à venir mais également anticiper une potentielle militarisation du cosmos.

Symbole de ces frictions : le tir d'un missile en novembre par la Russie pour détruire l'un de ses satellites. Cet acte est considéré comme irresponsable par Washington et l'OTAN. Pour la Commission européenne, ces tensions montrent l'importance de la sécurité et de la souveraineté dans l'espace.

"L'espace est un domaine qui est de plus en plus contesté. C'est un espace stratégique", estime Thierry Breton, Commissaire européen au Marché intérieur. "C'est un espace qui doit être protégé, qui doit être défendu, aussi pour nous, Européens. Nous l'avons vu récemment avec ce qui s'est passé lors du lancement d'un satellite qui a laissé des débris partout et qui pourrait mettre en danger nos propres constellations, nos propres constellations souveraines, et je pense en particulier à celles qui sont si utiles pour notre vie quotidienne : Galileo, Copernicus".

Chaque année, des centaines de satellites sont envoyés dans l'espace. En moyenne, la Chine a ainsi procédé à un lancement par semaine en 2021. 2020 a même été une année record, malgré la pandémie, environ 1200 mises en orbite ont été décomptées.

La gestion du trafic spatial est donc un enjeu majeur pour éviter tout risque de collision.

Avec une place toujours plus importante du numérique dans les actes du quotidien, la perte d'un satellite aurait des conséquences très réelles, voire dangereuses, sur Terre explique Josef Aschbacher, Directeur général de l'Agence spatiale européenne.

"Imaginez simplement que les satellites soient éteints pendant une journée. Ce serait un désastre. (...) Les prévisions météorologiques de l'espace par exemple contribuent à 61 milliards d'euros) de bénéfices économiques en Europe. L'impact est donc énorme. Autre exemple la navigation : si vous éteignez les satellites, bien sûr la navigation ne fonctionne plus. Les Télécommunications ! Les marchés boursiers ! Tout est dépendant des satellites aujourd'hui. Donc oui, nous en sommes déjà tributaires et cette dépendance va augmenter dans le futur."

Pour répondre à ce risque et assurer la sécurité de l'UE, la Commission européenne doit présenter le mois prochain une proposition de gestion du trafic spatial.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vers des fusées réutilisables ?

Elections européennes : que veulent les électeurs et que promettent les candidats

L’UE doit mieux se préparer pour faire face aux inondations