Une coopérative italienne modèle du recyclage et de la réinsertion

En partenariat avec The European Commission
Smart Regions
Smart Regions Tous droits réservés euronews
Par Aurora Velez
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un projet européen encourage à donner une seconde vie aux objets qui n'intéressent plus. Gros plan sur l'un de ses participants : la coopérative sociale Insieme à Vicenza en Italie qui combine recyclage et réinsertion.

Vicenza est pionnière dans l'art de donner une seconde vie aux objets qui n'intéressent plus. Dans cette ville italienne, les équipes d'Insieme collectent à domicile, des meubles et articles de toutes sortes avant qu'ils ne soient jetés pour leur offrir un autre destin : le recyclage ou le reconditionnement avant la mise en vente.

Cette coopérative sociale qui a été créée en 1979 et dont le nom signifie "ensemble" en italien est l'un des parcs de réutilisation intelligents (ou Smart Re-use Parks) de SURFACE, un projet européen qui lutte contre le gaspillage en encourageant la réutilisation d'objets tout en soutenant des initiatives sociales et de réinsertion.

"J'aime l'idée de donner une nouvelle histoire à un objet"

Federica vient au magasin d'Insieme, au moins une fois par mois depuis quelques années."J'aime venir acheter quelque chose d'occasion," reconnaît la jeune femme, "parce que j'aime l'idée de donner une nouvelle histoire à un objet qui en a déjà une. Aujourd'hui, je cherche des broches, mais si je trouve autre chose d'intéressant, je l'achèterai," lance-t-elle dans un sourire.

SURFACE a concerné dix partenaires dans neuf pays européens (République tchèque, Autriche, Allemagne, Italie, Hongrie, Croatie, Pologne, Slovénie et Belgique) de 2017 à 2020. Son budget total a atteint 2,16 millions d'euros dont 1,78 millions d'euros financés par la politique européenne de cohésion. À son actif : 254 initiatives dédiées à la réutilisation d'objets. Elles ont permis d'éviter la mise au rebut de plus de 1600 tonnes de déchets et la création de 253 emplois.

L'insertion socioprofessionnelle est l'une des priorités de la coopérative. Sylvester, Nigérien, dont le nom de famille "Odijie" veut dire "chance" travaille pour Insieme depuis deux ans. Il est chargé de trier ce qui est définitivement jeté et ce qui peut être revendu.

"En Italie, c'est mon premier emploi," indique le jeune homme. "Quand on ne travaille pas, on ne peut rien faire, on est sans-abri, livré à nous-même, mais grâce à Dieu, j'ai eu ce travail et je l'adore, c'est super !" se réjouit-il.

Vélos, appareils électriques et vêtements

La coopérative récupère chaque année, plus de 1000 tonnes d'objets, un peu plus de la moitié étant reconditionnés avant d'être vendus.

Les bicyclettes, les petits appareils électriques et les vêtements - Insieme recevant chaque année, 300 tonnes de textile - sont les plus valorisables.

Dans l'atelier de couture de Katharina, les vestes en cachemire pour homme s'entassent et personne n'en veut. La styliste en revalorisation d'origine allemande leur donne un nouveau look pour qu'elles trouvent preneurs dans le magasin d'Insieme et ainsi, éviter qu'elles ne finissent dans la nature.

"Il faut de 30 à 40 ans pour qu'une veste se désagrège," fait-t-elle remarquer avant d'ajouter : "Or cela m'a demandé peu d'efforts pour transformer cette veste en un nouveau vêtement."

Les initiatives lancées dans le cadre de SURFACE se poursuivent encore aujourd'hui, contribuant à alimenter l'économie circulaire en Europe.

Journaliste • Aurora Velez

Partager cet article

À découvrir également

Sans patron, l'usine des ex-Elephant carbure toujours au thé

En Italie, les déplacements durables donnent lieu à récompense

La France, pionnière européenne du recyclage des bateaux de plaisance