This content is not available in your region

Pourquoi la taxonomie verte de l'UE fait-elle tant de remous?

Access to the comments Discussion
Par Yolaine De Kerchove Dexaerde
Pourquoi la taxonomie verte de l'UE fait-elle tant de remous?
Tous droits réservés  Euronews

Qualifier le nucléaire et le gaz comme des énergies "vertes" a donné lieu à des appels à l'écoblanchiment, à des menaces d'action en justice de la part de certains pays de l'Union européenne et à de nombreuses colonnes consacrées au système de "taxonomie" au titre obscur.

Mais à quoi rime toute cette agitation ?

Mercredi, la Commission européenne devra approuver ses derniers critères pour le système d'étiquetage taxonomique de l'Union européenne, qui aide les investisseurs privés à identifier les domaines énergétiques durables.

L'objectif est d'orienter l'argent vers des sources d'énergie durables et d'aider l'Union européenne à réaliser son ambitieux projet de neutralité carbone d'ici à 2050.

La proposition actuelle a provoqué des remous en qualifiant le nucléaire et le gaz comme sources d'énergie durables, ce qui a suscité l'indignation des organisations et des militants écologistes.

Lorsque la Commission adoptera l'acte, le Parlement et le Conseil auront deux mois pour soulever d'éventuelles objections. En l'absence d'objection, le texte entrera en vigueur.

Une majorité de députés européens ou 20 des 27 États membres pourraient bloquer le projet, mais avant cela, il faudra exposer les arguments pour et contre le marquage des deux sources d'énergie comme durables.

Quels sont-ils ?

L'énergie nucléaire

Pour beaucoup, le nucléaire représente l'opportunité parfaite de maximiser la production d'énergie, tout en minimisant les émissions de carbone. Pour d'autres, il ne représente qu'un problème environnemental de plus, la solution à l'élimination des déchets radioactifs n'ayant pas encore été trouvée.

Pour le député français Christophe Grudler, il n'y a pas d'autre alternative que d'inclure l'énergie nucléaire comme source durable.

Si nous voulons atteindre les objectifs du Green Deal, nous n'avons pas le choix. Nous devons inclure le nucléaire dans la taxonomie.
Christophe Grudler
Eurodéputé, Renew Europe, France

"La question est de savoir si nous voulons atteindre les objectifs du Green Deal. Si nous voulons le faire, nous avons besoin d'une énergie décarbonée, comme le nucléaire. La Commission a dit que nous avons besoin d'environ 15% de nucléaire dans le mixe énergétique en 2050 pour atteindre l'objectif."

Concernant les déchets nucléaires, le législateur européen– qui est membre du parti "La République En Marche !" du président français Macron – affirme que les gens travaillent dur pour trouver une réponse au problème.

"Bien sûr, nous allons regarder vers l'avenir afin de ne plus avoir de déchets. Donc, c'est un sujet très important aussi. Mais petit à petit, de nombreux chercheurs cherchent à trouver des solutions pour les déchets provenant du nucléaire. Mais à l'heure actuelle, nous avons besoin de la technologie nucléaire", a déclaré M. Grudler.

Par contre, Michael Bloss, député européen allemand des Verts, estime qu'il n'est tout simplement pas juste de qualifier le nucléaire de durable. "Nous voulons avoir la taxonomie pour ce à quoi elle est destinée, c'est-à-dire canaliser l'argent vers des solutions durables comme les énergies renouvelables".

Qualifier le nucléaire et le gaz de durables n'est tout simplement pas correct. Il faut appeler les choses qui sont durables, durables, et non pas toutes les choses.
Michael Bloss
Eurodéputé, Les Verts, Allemagne

Michael Bloss a ajouté qu'il pense que c'est la France, qui possède une importante industrie nucléaire, qui demande instamment à la Commission de l'inclure dans le portefeuille taxonomique de l'Union européenne.

"Je pense que la Commission est très fortement poussée par la France...ce sont les Français qui essaient de mettre leur propre parc de centrales nucléaires dans le label de durabilité", a déclaré l'Allemand à Euronews. "En fait, cela ne fait que favoriser les Français et favoriser Macron".

L'énergie gazière

Si les émissions de carbone du nucléaire restent très faibles, le gaz est une autre histoire.

La Commission accepte que le gaz soit un combustible fossile, mais affirme qu'il est nécessaire en tant qu'énergie de transition pour atteindre les objectifs du Green Deal.

M. Bloss, cependant, reconnaît que dans certains cas, le gaz peut être nécessaire, mais il n'est toujours pas durable. "Si vous regardez les conditions [dans la taxonomie] pour le gaz, elles sont faites pour les centrales à gaz qui sont un back-up du système énergétique, et c'est très bien. Vous savez, dans un monde renouvelable, il peut y avoir des moments où le soleil ne brille pas ou le vent ne souffle pas, alors vous devez avoir une certaine capacité de secours. Et c'est une bonne chose", a déclaré l'eurodéputé vert.

"Mais ce dont nous devons discuter maintenant, c'est de savoir à quoi ressemble cette nouvelle réalité climatiquement neutre. Et dans la réalité climatiquement neutre, il n'y a pas de gaz fossile, donc étiqueter le gaz fossile comme durable n'a tout simplement pas de sens."

Mais l'eurodéputé français Christophe Grudler dit que même si le gaz n'est pas sa source d'énergie préférée, il l'accepte en tant que carburant de transition, c'est le moyen le plus rapide de réduire les émissions de carbone du charbon.

Le plus important est d'arrêter le charbon car c'est le pire - en termes d'émissions de CO2. Et avec le gaz, bien sûr, nous aurons la moitié des émissions par rapport au charbon et nous pouvons le faire très rapidement.
Christophe Grudler
Eurodéputé, Renew Europe, France

"Nous avons un objectif pour 2030. Si nous utilisons le gaz, nous pouvons arrêter très rapidement les émissions de charbon", a déclaré l'eurodéputé Grudler.

Journaliste • Christopher Pitchers