EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Un institut allemand alimente la transition énergétique grâce à ses batteries durables

En partenariat avec The European Commission
Smart Regions
Smart Regions Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Claudio Rosmino
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un institut allemand a développé des batteries sans métaux lourds et renfermant des polymères organiques dont les capacités de stockage seront utiles dans les énergies renouvelables. Le point sur cette avancée avec son directeur.

Un institut allemand a développé dans le cadre d'un projet soutenu par la politique européenne de cohésion, une solution alternative aux batteries composées de métaux toxiques comme le lithium, le plomb, le cobalt et le nickel. Son prototype durable qui renferme des polymères organiques présente des capacités de stockage prometteuses qui pourrait aider à surmonter le caractère intermittent de la production d'électricité dans les énergies renouvelables tels que l'éolien et le solaire.

La chasse aux métaux lourds

"À Iéna, on travaille sur des batteries durables qui ne contiennent pas de métaux lourds et qui aideront à la transition énergétique," nous précise Ulrich S. Schubert, directeur du Centre pour l'énergie et la chimie environnementale d'Iéna dépendant de l'université de la ville, qui mène ces recherches.

"Aujourd'hui, tout le monde connaît les batteries au lithium que l'on trouve dans tous les appareils, elles utilisent des métaux pour stocker les électrons," fait-il remarquer avant d'ajouter : "On a remplacé ces métaux par des polymères, des plastiques, on stocke en réalité les électrons dans des matériaux organiques, puis on les libère, tout cela sans utiliser de métal."

Prochaine mise sur le marché

"On a débuté nos recherches après l'accident nucléaire de Fukushima et on travaille là-dessus depuis dix ans," indique Ulrich S. Schubert.

"On va bientôt mettre nos premiers polymères sur le marché," souligne-t-il. "On améliore encore les électrolytes pour que le fonctionnement des batteries soit plus stable et que les substances chimiques à l'intérieur ne soient pas dangereuses," dit-il. 

"On espère que davantage d'entreprises développeront encore cette technologie dans les prochaines années et que d'autres grands projets de ce type se concrétiseront dans le cadre du Pacte vert européen," conclut-il.

Journaliste • Claudio Rosmino

Partager cet article