This content is not available in your region

L’Union européenne veut plaider pour l’économie circulaire

Access to the comments Discussion
Par Aida Sanchez Alonso  & Euronews
euronews_icons_loading
L’Union européenne veut plaider pour l’économie circulaire
Tous droits réservés  Euronews

Une bibliothèque d'outillages. C’est l'idée de l'association Tournevie. Ce projet d'économie circulaire prête des outils aux Bruxellois pour ne pas en acheter de nouveaux. C'est aussi une manière de promouvoir la réparation et le recyclage. L'objectif est de fournir des produits de qualité et de suggérer aux personnes intéressées de ne pas recourir à des outils à bas prix qu'ils pourraient utiliser que très rarement.

Le principe est "juste de partager des outils, de partager les coûts avec un grand nombre de personnes", explique Olivier Beys de Tournevie. Cette organisation "nous a permis de répondre aux besoins de chacun tout en stimulant une économie de la réparation, de stimuler les entreprises qui produisent des biens de qualité plutôt que de soutenir celles qui préfèrent la mauvaise qualité", ajoute-t-il.

Le projet a vu le jour en 2015 et compte plus de 400 inscriptions. Les membres payent 40 euros à l'année pour pouvoir utiliser les outils chez eux autant de fois qu'ils le souhaitent.

Ce principe peut s’étendre à de nombreux secteurs. Les magasins de vêtements de seconde main appliquent cette même idée d’économie circulaire.

Il s’agit ainsi de participer à l’effort en faveur du climat. Mais face à la période actuelle d'incertitude et de risque cette approche circulaire permet aussi d'éviter les perturbations sur les chaînes d’approvisionnement. "Si vous pouvez avoir accès à des pièces de rechange localement plutôt que de les importer de l'autre bout de la planète, cela signifie qu'au niveau local vous avez un meilleur contrôle de votre chaîne d'approvisionnement et vous pouvez être plus résilient", souligne Jean-Pierre Schweitzer du Bureau européen pour l’environnement.

La Commission européenne doit présenter mercredi ses propositions pour favoriser cette approche. Elle veut, entre autre, étendre l'économie circulaire aux secteurs du textile et de la construction.