Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Bruxelles a sa solution pour mieux soigner et aider les plus démunis

Par Claudio Rosmino
euronews_icons_loading
Smart Regions
Smart Regions   -   Tous droits réservés  euronews

Dans la région de Bruxelles, de nombreuses personnes n'ont pas accès aux soins de santé de base. Selon l'ONG belge Médecins du Monde qui aide les personnes marginalisées, 30 % des Bruxellois n'ont pas de médecin généraliste.

Fournir différents services à ceux qui sont socialement et économiquement vulnérables comme les personnes âgées, les sans-abri et les toxicomanes, c'est justement la mission du Centre social et de santé intégré à Molenbeek. Ils y trouvent des soins appropriés et un soutien individuel.

"Un lieu de rencontre humaine"

"Le service que l'on propose, c'est le concept d'une prise en charge globale avec différentes portes d'entrée," explique Thomas Vaessen, médecin au Centre social et de santé intégré Ribaucare. "Donc, on va s'atteler à fournir d'abord des soins médicaux, des services sociaux, de la gestion de dette, une prise en charge psychologique... Les questions sociales ressortent régulièrement au sein de la consultation médicale," indique-t-il.

Pietro est un migrant italien qui est arrivé en Belgique il y a près de six ans. Alors qu'il fréquente le centre en tant que patient, il y organise aussi des cours de théâtre. "Ici, c'est une expérience qui va au-delà du simple fait de venir parce qu'on a mal quelque part ou qu'on a un problème : c'est un lieu de rencontre humaine," souligne le jeune homme.

Bien-être global

Pour une approche centrée au mieux sur le patient, des services traditionnellement fragmentés ont été réunis sous un même toit.

Pierre Verbeeren a été l'un des promoteurs de ce projet mené par Médecins du Monde, en collaboration avec des centres médicaux locaux et des services sociaux, avec l'aide de l'Union européenne. "On travaille sur un concept de bien-être global, c'est-à-dire travailler sur ce qu'il y a à 360° autour de la personne," précise le directeur général de l'action sociale au Centre public d'action sociale (CPAS) de la Ville de Bruxelles. "Parmi les services les plus importants figurent un service de santé et de santé mentale et un service social sur les enjeux de logement et d'accès aux droits, donc d'ouverture des allocations sociales, mais aussi des enjeux d'emploi et d'obtention de ressources," énumère-t-il.

L'investissement total de cette initiative est de 7,44 millions d'euros dont 3,72 financés par le biais de la politique européenne de cohésion.

Une deuxième structure multilingue

Le projet comprend deux centres sociaux et de santé intégrés. Le deuxième est en cours de construction à Cureghem, un quartier d'Anderlecht, l'un des secteurs les plus défavorisés de Bruxelles. Ce qui a nécessité de prendre des dispositions particulières.

"Ce centre aura pour objectif de fonctionner en étant très accessible," insiste Katrien Van Remortel, coordinatrice du projet de Centre social et de santé intégré d'Anderlecht. "Donc il proposera un accueil multilingues et offrira toute une série d'activités et de services," dit-elle avant de préciser : "On estime que l'on devrait être capable d'accueillir de 5 à 6000 personnes par an."

Le centre sera inauguré au printemps 2023 et devrait contribuer à renforcer la cohésion sociale dans ce secteur de la ville.

Journaliste • Claudio Rosmino