This content is not available in your region

L'Europe d'Emmanuel Macron versus l'Europe de Marine Le Pen

Access to the comments Discussion
Par Yolaine De Kerchove Dexaerde
euronews_icons_loading
Les deux candidats Emmanuel Macron et Marine Le Pen affichent deux visions opposées de l'avenir de la France au sein de l'Union européenne.
Les deux candidats Emmanuel Macron et Marine Le Pen affichent deux visions opposées de l'avenir de la France au sein de l'Union européenne.   -   Tous droits réservés  PHILIPPE LOPEZ/AFP or licensors

Les deux candidats à la présidentielle française portent deux projets fondamentalement différents sur la question européenne.

"Nous pouvons faire le choix de l'espoir, le 24 avril, nous pouvons faire le choix de la France et de l'Europe ensemble.", clame Emmanuel Macron, président français et candidat à l'élection présidentielle.

Le candidat Emmanuel Macron défend toujours le projet européen. Mais il n'affiche pas la même ferveur qu'il y a cinq ans car il doit attirer les voix de la gauche radicale eurosceptique.

"Je pense qu'il doit tenir compte de la logique du deuxième tour, qui suppose un report de voix, notamment ceux de Jean-Luc Mélenchon. Donc l'euroscepticisme n'est pas uniquement à l'extrême droite, c'est quelque chose qui est également diffus à gauche. Dans ses derniers discours il a appelé pour un rassemblement de la social démocratie aux néo gaullistes, donc pas exactement des Européens fédéralistes fervents", analyseChristophe Sente, chercheur à l'Université Libre de Bruxelles.

Si Marine Le Pen ne parle plus d'une sortie de l'euro, voire du projet européen, son programme reste profondément eurosceptique.

"Je restaurerai dans tous les domaines la souveraineté de la France c'est-à-dire pour les Français la liberté de décider pour eux-mêmes et de défendre leurs intérêts", déclareMarine Le Pen, candidate du Rassemblement national.

Ce programme du Rassemblement national s'oppose aux engagements européens de la France.

"Marine Le Pen remet en cause certaines obligations de la France et envisage par exemple de rétablir un contrôle aux frontières sur les marchandises qui ferait rétablir les frontières hexagonales au sein du marché unique, ce qui ne peut pas se passer, c'est contraire aux traités. Sa politique migratoire, évidemment, serait aussi fortement en contradiction avec les engagements européens et le partenariat avec les autres Etats membres.", estimeEric Maurice, responsable du bureau bruxellois de la Fondation Robert Schuman.

Ce sont deux visions de la France qui s'opposent dans cette campagne mais aussi deux visions de l'avenir du pays en Europe.

Journaliste • Grégoire Lory

Video editor • Vassilis Glynos