Ukraine : "C'est un test de résistance pour nos sociétés"

Le chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell
Le chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell Tous droits réservés Virginia Mayo/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Virginia Mayo/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved
Par Maria PsaraEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le chef de la diplomatie de l’UE, Josep Borrell, appelle les 27 à maintenir leurs efforts économiques contre la Russie.

PUBLICITÉ

Plus d'argent pour l'Ukraine afin d'acheter des armes. Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne se sont entendus lundi pour débloquer 500 millions d'euros supplémentaires dans le cadre de la facilité européenne pour la paix. Ces moyens doivent permettre de renforcer les capacités militaires ukrainiennes face à l'invasion russe.

Les 27 envisagent aussi d'interdire les importations d'or en provenance de Russie. Cette mesure compléterait le sixième paquet de sanctions de l'UE. Mais les diplomates reconnaissent qu'il existe une forme de lassitude au sein des Etats membres concernant ces représailles économiques. Pour le chef de la diplomatie européenne il n'est pas question de baisser un tant soit peu les bras.

"Je suis sûr que (Vladimir) Poutine compte sur la fatigue des démocrates. J'en suis sûr. Les sociétés européennes ne peuvent pas se permettre d'être fatiguées", insiste Josep Borrell.

Alors que la crise énergétique se poursuit et que les prix continuent de grimper certains gouvernements commencent à hésiter à apporter une aide financière à l'Ukraine.

Interrogé par Euronews, l'ambassadeur de l'UE à Kyiv souligne que cet argent est plus nécessaire que jamais. "L'Ukraine indique que son déficit budgétaire mensuel s'élève à 5 milliards d'euros. L'aide financière internationale provenant de différentes sources n'est pas encore suffisante pour combler cet écart", précise Matti Maasikas.

L'Union a décidé d'apporter un soutien macro financier de 9 milliards d’euros dont la première tranche, d'un milliard d'euros, devrait être débloquée dans le courant du mois. Mais il n'y a pas pour le moment d'accord sur le déblocage du reste de l'enveloppe.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine: le Président ukrainien limoge deux de ses hauts responsables

Le cas d’Ilaria Salis devient une question européenne

Guerre en Ukraine : Londres et Berlin assurent de leur soutien "inébranlable" à Kyiv