This content is not available in your region

Un biocapteur de vitamines propulse l'agriculture européenne dans l'avenir

Par Aurora Velez
euronews_icons_loading
Smart Regions
Smart Regions   -   Tous droits réservés  euronews

Faire entrer l'agriculture européenne dans une nouvelle ère, c'est l'ambition du projet européen Food Screening EMR qui réunit exploitants agricoles, producteurs alimentaires, PME technologiques et universités.

L'un de ses outils, c'est un biocapteur en cours de développement, capable de déterminer sur les parcelles, en temps réel, la quantité de vitamines contenue dans les fruits et légumes. Les tests sont réalisés notamment sur des concombres cultivés sous serre à Baarlo (Pays-Bas).

Sachant cela, les agriculteurs pourront ajuster des variables telles que l'apport en eau et améliorer la qualité nutritionnelle de leurs cultures.

Résultat en moins d'une minute

Une entreprise partenaire traduit pour eux, les données brutes en informations simples et leur délivre dans leur tableau de bord personnel.

"Habituellement, quand on veut connaître la teneur en vitamines d'un légume ou d'un fruit, il faut au moins plusieurs jours pour obtenir le résultat car il doit être envoyé en laboratoire, puis retourné," fait remarquer John van Helden, directeur et propriétaire de cette entreprise appelée Yookr. "Aujourd'hui, on peut la mesurer avec un capteur. Il donne l'information exacte, disons, en moins d'une minute," précise-t-il.

Le biocapteur est capable de détecter les vitamines dans l'aliment grâce à un code couleur. L'Université de Maastricht développe la partie chimique du biocapteur : l'élément récepteur qui évalue la teneur précise en vitamines d'un fruit par exemple.

Le projet Food Screening EMR dispose d'un budget de près de 2 millions d'euros. La moitié a été financée par la politique européenne de cohésion. Une dizaine d'universités, centres de recherche et entreprises allemandes, belges et néerlandaises participent à l'initiative.

Meilleure information du consommateur

L'un des avantages du biocapteur, c'est que les producteurs et les consommateurs connaîtront plus précisément la qualité nutritionnelle des produits.

"L'une des choses que l'on veut savoir, c'est quels nutriments se trouvent dans ce que l'on mange et en quelle quantité," souligne Bart van Grisven, professeur associé et chef de projet pour Food Screening EMR. "Dans un supermarché, on peut vous dire que tel produit est sain, mais l'est-il réellement ? Si vous avez un capteur qui peut rapidement indiquer la teneur en vitamine C du produit, c'est très avantageux," affirme-t-il.

"Combler le fossé avec la société"

Pour faciliter la transition vers l'agriculture de demain, la communication entre les différents acteurs est essentielle. Brightlands Campus Greenport Venlo, centre spécialisé dans la nutrition saine et l'avenir du secteur horticole, travaille à la favoriser.

"On a contacté toutes ces entreprises innovantes qui veulent vraiment aider le consommateur à adopter une démarche plus saine et plus consciente de son empreinte, mais aussi développer des innovations," explique Max Vogel, son responsable du développement commercial.

"On a donc essayé de rassembler des entreprises pour qu'elles rejoignent différentes initiatives et qu'elles aident le projet à combler le fossé avec la société au final," conclut-il.

Journaliste • Aurora Velez