EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

"C'est l'autocratie contre la démocratie"

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, présente son discours sur l'état de l'Union
La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, présente son discours sur l'état de l'Union Tous droits réservés Jean-Francois Badias/AP
Tous droits réservés Jean-Francois Badias/AP
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a consacré une grande partie de son intervention à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

PUBLICITÉ

La guerre en Ukraine était au centre du discours sur l'état de l'Union présenté mercredi par la présidente de la Commission européenne. Ursula von der Leyen est arrivée accompagnée de la première dame ukrainienne, Olena Zelenska, saluée par l'ensemble du Parlement européen.

La responsable allemande assure que l'UE restera unie dans son soutien à Kyiv, à travers une aide financière et militaire. Ursula von der Leyen souligne aussi que les sanctions contre la Russie vont s'inscrire dans la durée.

"C'est aussi une guerre contre notre énergie, une guerre contre notre économie, une guerre contre nos valeurs et une guerre contre notre avenir", insiste la présidente de la Commission.

"Je suis ici avec la conviction qu'avec courage et solidarité, (Vladimir) Poutine échouera, et l'Ukraine et l'Europe vaincront", ajoute-t-elle.

La présidente de la Commission insiste sur le comportement héroïque des Ukrainiens et reconnaît que l'Union aurait dû réagir plus tôt. "Une des leçons de cette guerre est que nous aurions dû écouter ceux qui connaissent (Vladimir) Poutine", admet-elle.

La question énergétique a aussi occupé une grande place du discours. La guerre entraine de lourdes conséquences sur l'économie européenne. La présidente de la Commission annonce une réforme du marché de l'énergie dont le découplage des prix du gaz et de l'électricité. Mais dans l'immédiat elle défend le principe d’une contribution de la part des entreprises.

"Dans notre économie sociale de marché, les profits sont acceptés, ils sont bons. Mais en cette période, il est n'est pas correct de recevoir des revenus extraordinaires, des profits tirés de la guerre et sur le dos des consommateurs", précise Ursula von der Leyen.

"En ces temps, les profits doivent être partagés et réorientés vers ceux qui en ont besoin".

Ursula von der Leyen met aussi sur la table une série de propositions pour les PME, elle veut aussi des investissements en faveur de l'hydrogène et des matières premières. Ces deux éléments doivent permettre de réduire la dépendance de l'UE.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Feu vert du Parlement européen à des règles encadrant les salaires minimums

Le plus grand salon de l'armement au monde s'est ouvert près de Paris

Naufrage d'un bateau de migrants : 64 personnes portées disparues au large de l'Italie