This content is not available in your region

Défendre la liberté de la presse dans l’Union européenne

Access to the comments Discussion
Par Euronews
euronews_icons_loading
La vice-présidente de la Commission et le Commissaire européen en charge du Marché intérieur présentent le Media Freedom Act
La vice-présidente de la Commission et le Commissaire européen en charge du Marché intérieur présentent le Media Freedom Act   -   Tous droits réservés  European Union, 2022.

Protéger le pluralisme et l'indépendance des médias. C'est la nouvelle bataille lancée vendredi par la Commission européenne. Pour la première fois elle propose des règles contraignantes afin de mettre fin aux interférences politiques auprès des journalistes.

La vice-présidente de l'institution évoque des inquiétudes sur la situation de la liberté de la presse au sein de l'UE.

"Nous avons besoin de règles obligatoires pour mieux protéger les médias en Europe car nous voyons une tendance négative dans presque tous les Etats membres. Nous avons un problème paneuropéen de pressions politiques", explique Vera Jourova.

La proposition, appelée aussi Media Freedom Act, suggère la mise en place de garde-fous par assurer l'indépendance des rédactions publics vis-à-vis des gouvernements. Elle souligne aussi que les logiciels d'espionnage ne peuvent être employés que sous le contrôle de la justice. La Commission veut enfin limiter les conglomérats médiatiques afin d'assurer plus de transparence en matière de propriété des organes de presse.

"Cette transparence est absolument indispensable parce que l’information n’est pas un bien comme les autres", insiste le Commissaire européen en charge du Marché intérieur, Thierry Breton.

Selon Reporters sans frontières, certains gouvernements ont intensifié leur législation à l'encontre des journalistes comme en Slovénie, en Pologne, en Hongrie ou encore en Grèce. Plusieurs Etats membres ont aussi connu des assassinats de journalistes : les Pays-Bas, la Grèce, la Slovaquie et Malte.

Le texte pourrait provoquer une forte opposition des capitales lors des discussions. Des éditeurs européens évoquent déjà une menace pour la presse.