En Suède, la méfiance vis-à-vis des migrants s'intensifie

Access to the comments Discussion
Par Isabel Marques da Silva  & Yolaine de Kerchove (traduction)
Un jeune s'entraîne au basket dans le quartier de Husby, arrondissement de Rinkeby-Kista à Stockholm, en Suède.
Un jeune s'entraîne au basket dans le quartier de Husby, arrondissement de Rinkeby-Kista à Stockholm, en Suède.   -   Tous droits réservés  Andres Kudacki/AP

Apprendre la langue, obtenir des informations sur les services sociaux, le logement et l'emploi, voilà ce que recherchent les migrants et les réfugiés au centre d'accueil de Caritas à Stockholm.

Le pays nordique a une longue tradition d'accueil des étrangers, mais quelque chose a changé.

"La plupart des enquêtes montrent qu'environ 60% de la population était positive à l'égard de la migration jusqu'à il y a quelques années. Et puis tout a changé. Et cela est dû en partie au discours négatif des dirigeants politiques. Il s'agit de relier la migration à la criminalité et à ce qui ne va pas dans la société et de rendre les migrants et les migrations responsables de tout", explique George Joseph, Directeur général de Caritas Suède.

En Suède, deux millions de personnes sont nées à l'étranger, soit environ 20 % de la population. Environ 600 000 d'entre eux ont leur propre entreprise et contribuent à l'économie, selon Caritas, mais ils sont aujourd'hui confrontés à de plus en plus de méfiance. 

Julius Ntobuah travaille chez Caritas Suède pour aider les personnes handicapées : il est arrivé du Cameroun il y a 8 ans et a vu comment le pays a fermé ses portes.

"Je pense que nous savons tous qu'avec le nouveau gouvernement en place, c'est comme : "Au revoir !" La Suède est pleine, nous ne voulons pas plus de monde. Ce qui est malheureux car nous étions un pays très accueillant et généreux. Mais au fur et à mesure que le temps passe, les lois sur l'immigration deviennent de plus en plus dures. Et, oui, c'est malheureux. Je vous conseille de ne pas venir, parce que ce n'est pas plus accueillant d'être ici".

Le nouveau gouvernement suédois de droite a signé un accord de coopération parlementaire avec le parti d'extrême droite, les Démocrates de Suède.

Cela implique une position dure sur la migration : Stockholm n'a pas l'intention de promouvoir, au cours de son semestre de présidence de l'UE, le Pacte européen sur les migrations et l'asile, qui vise à renforcer la gestion commune et la solidarité. 

Un trop grand nombre de migrants pourrait également faire baisser les salaires, avertit Johan Pehrson, le ministre suédois de l'Emploi et de l'Intégration.

"Il faut rester à un niveau socialement acceptable, avec des salaires décents, conformément aux réformes que nous avons introduites en Suède pour être sûrs que les gens travaillent pour un salaire décent."

"Malgré le fait qu'il y aura des pressions du Parlement européen et de certains États membres, notamment l'Italie, le gouvernement suédois ne fera pas de la migration une priorité. Il en discutera déjà lors du prochain sommet européen, mais les décisions devraient être prises pendant la présidence espagnole, au second semestre. ", signale la journaliste Isabel Marques da Silva.

Video editor • Vassilis Glynos