EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Les 27 veulent durcir leur politique migratoire et souhaitent un financement de la Commission

Le navire humanitaire "Ocean Viking" affrété par l'association SOS Méditerranée.
Le navire humanitaire "Ocean Viking" affrété par l'association SOS Méditerranée. Tous droits réservés Cleared
Tous droits réservés Cleared
Par euronews avec agences
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Réunis à Bruxelles jeudi 9 février jusque tard dans la nuit, les chefs d’Etat et de gouvernement des 27 entendent intensifier leurs actions pour lutter contre l'immigration clandestine.

PUBLICITÉ

Renforcer les contrôles aux frontières pour empêcher l'arrivée de migrants : les conclusions du dernier Conseil européen sont sans équivoque, les 27 veulent intensifier leurs actions.

Le texte final se concentre sur la dimension externe du phénomène migratoire.

Il stipule une plus grande coopération avec les pays d'origine et de transit et une politique de retour commune efficace.

Mais surtout, la Commission européenne est appelée à financer des infrastructures et des moyens de surveillance des frontières. Pourraient-ils inclure des murs aux frontières, jusqu'ici une ligne rouge à ne pas franchir ? Ursula von der Leyen reste floue : 

"Ce qui est clair, c'est que vous avez besoin de caméras, de vidéosurveillance, de routes le long des clôtures pour les patrouilles par exemple, de miradors, des véhicules sont nécessaires. Tous ces sujets devraient donc faire partie d'un ensemble intégré" explique Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne.

Le résultat du sommet semble toutefois marquer un point pour les pays, Autriche en tête, qui insistent sur des mesures drastiques aux frontières terrestres.

Le gouvernement italien crie aussi victoire, après la "reconnaissance des spécificités des frontières maritimes" et une coopération qui pourraient ouvrir la voie à un "code de conduite" européen pour les ONG sauvant des vies en mer.

L'immigration est un problème européen qui nécessite une réponse européenne.
Giorgia Meloni
Cheffe du gouvernement italien

"L'immigration est un problème européen qui nécessite une réponse européenne. À mon avis, cela change beaucoup l'approche de la question migratoire, mais bien sûr, ce n'est pas la seule chose que nous avons obtenue" se félicite Giorgia Meloni, la cheffe du gouvernement italien.

Les dirigeants des 27 ont également insisté sur la nécessité de travailler avec les pays d'origine et de transit, notamment en prévoyant la possibilité de mesures restrictives en matière de visas pour ceux qui ne coopèrent pas aux retours.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pacte migration et asile : "Un compromis avant la fin du mandat" de la Commission européenne

Autriche, Serbie et Hongrie s’allient contre l'immigration clandestine

Italie : plus de 400 migrants ont débarqué au port de Tarente