EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Les demandes d’asile au plus haut depuis 2016 dans l’Union Européenne

Des hommes organisent leurs affaires dans un camp de tentes de fortune devant le centre d'accueil du Petit Château à Bruxelles, le mardi 17 janvier 2023
Des hommes organisent leurs affaires dans un camp de tentes de fortune devant le centre d'accueil du Petit Château à Bruxelles, le mardi 17 janvier 2023 Tous droits réservés AP Photo/Olivier Matthys, File
Tous droits réservés AP Photo/Olivier Matthys, File
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C’est un record depuis la crise des réfugiés, lié au COVID-19, aux conflits, notamment la guerre en Ukraine et à l’insécurité alimentaire

PUBLICITÉ

C'est un chiffre record depuis la crise des réfugiées en 2016: près d'un million de demandes d'asyle ont été enregistrées en 2022 dans les pays de l’Union européenne, la Suisse et la Norvège, selon des données publiées mercredi par l’Agence de l’UE pour l’asile.

D'après leurs derniers chiffres, la majorité d'entre elles est déposée par les Syriens, avec 132 000 demandes. Viennent ensuite les Afghans, avec 129 000 demandes. Les Turcs arrivent en troisième position, avec 55 000 demandes d'asiles déposée l'année dernière.

Ces chiffres n'incluent pas les 4 millions d'Ukrainiens qui ont reçu le statut de "protection temporaire" de l'Union Européenne, après avoir fui la guerre dans leur pays.

Selon l’Agence de l’UE pour l’asile, cette augmentation serait due à la levée des restrictions liées à la pandémie de Covid-19, mais aussi aux situations de conflit et d’insécurité alimentaire dans le monde.

Les demandeurs ont obtenu le statut de réfugié dans 40% des cas l'année dernière... Le taux de reconnaissance le plus élevé depuis 5 ans.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Italie : quatre-vingt-quatre migrants accueillis à Ravenne

Viktor Orbán en visite à Berlin sans fanfare

Viktor Orbán accuse Manfred Weber, du Parti populaire européen, d'être "anti-hongrois"