De plus en plus d'institutions européennes décident d'interdire TikTok sur les appareils de travail

Les institutions de l'UE ont agi rapidement pour interdire l'application TikTok, appartenant à la Chine, des appareils d'entreprise
Les institutions de l'UE ont agi rapidement pour interdire l'application TikTok, appartenant à la Chine, des appareils d'entreprise Tous droits réservés Sean Kilpatrick/AP
Par Jorge Liboreiro
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Quelques jours après une décision similaire de la Commission européenne, la Maison Blanche a fixé lundi un délai de 30 jours aux agences fédérales américaines pour s'assurer que l'application TikTok ne figure sur aucun appareil utilisé par leurs employés.

PUBLICITÉ

La décision surprenante de la Commission européenne d'interdire TikTok sur les appareils de travail a déclenché un effet domino à Bruxelles et au-delà. De plus en plus d'institutions européennes appliquent à leur tour cette interdiction, transformant la populaire application de partage de vidéos en logiciel ostracisé pour les environnements d'entreprise.

TikTok appartient à la société ByteDance basée à Pékin, une connexion qui a soulevé de sérieuses inquiétudes concernant les atteintes à la vie privée, l'espionnage et les transferts de données au Parti communiste chinois.

L'interdiction, annoncée pour la première fois le 23 février dernier, est désormais en place au sein de l'exécutif de l'UE - la Commission européenne -, les deux colégislateurs - le Conseil de l'UE et le Parlement européen -, le service diplomatique - le Service européen pour l'action extérieure (SEAE) –, et l'organisme de surveillance budgétaire basé à Luxembourg – la Cour des comptes européenne (CCE).

La mesure s'applique aux appareils professionnels mais aussi aux appareils personnels qui pourraient être connectés au réseau mobile officiel fourni par les institutions dans leurs locaux. "Cela est nécessaire en raison des problèmes de sécurité des informations et de protection des données liés à l'application", a déclaré un porte-parole de la Cour des comptes européenne à Euronews, confirmant que l'interdiction avait été introduite "avec effet immédiat" à compter du 1er mars."La décision protégera l'ECA contre la collecte de données par des tiers, qui constitue une menace potentielle pour la cybersécurité. Les développements en matière de sécurité liés aux plateformes de médias sociaux seront constamment réexaminés. Des décisions similaires sur d'autres plateformes pourraient suivre avec le temps."

Les deux principaux organes consultatifs européens – le Comité européen des régions (CdR) et le Comité économique et social européen (CESE) – ont également emboîté le pas ces derniers jours, selon les responsables à Euronews"L'application TikTok doit également être désinstallée des appareils fournis par le Comité dès que possible et, en tout état de cause, au plus tard le 15 mars 2023", a déclaré un porte-parole du CESE"Le CESE ne fait pas la promotion de ses activités via TikTok mais sur d'autres plateformes de médias sociaux."

Le Médiateur européen, actuellement dirigé par Emily O'Reilly, a également interdit TikTok des appareils d'entreprise car sa cybersécurité est gérée par le Parlement européen_,_ et est donc tenue de suivre les directives émises par l'hémicycle.

Pendant ce temps, un porte-parole de la Cour de justice de l'UE (CJUE) a déclaré que l'institution basée au Luxembourg n'avait pas ressenti le besoin d'introduire une telle interdiction car les applications sur ses appareils liés au travail "ont toujours été limitées au strict nécessaire""Il n'a donc jamais été possible d'installer TikTok sur des appareils liés au travail et par conséquent il n'y a pas de problème de ce type devant la Cour", a déclaré un porte-parole dans une déclaration écrite.

La Banque centrale européenne (BCE), dont le siège est à Francfort, a refusé de commenter "des problèmes spécifiques de sécurité informatique".

Des soupçons de longue date

Notamment, aucune des institutions européennes n'a explicitement mentionné le Parti communiste chinois ou le gouvernement central de Pékin comme un facteur dans leur prise de décision, bien que le lien implicite flotte sur chaque annonce. Il s'agirait là de la première fois que des organes de l'UE prennent des mesures aussi radicales contre une application concrète.

Les soupçons sur TikTok, cependant, sont loin d'être nouveaux et ont pris de l'importance ces dernières années alors que la plate-forme est devenue un phénomène mondial, attirant des millions d'adolescents vers son flux basé sur des algorithmes, tandis que les relations entre l'Occident et la Chine se sont nettement dégradées.

Les craintes d'ingérence étrangère sont apparues au tout premier plan début novembre lorsque TikTok a publié une mise à jour sur la confidentialité, dans laquelle la société a ouvertement admis que les données personnelles des utilisateurs européens pouvaient être consultées par certains de ses employés basés en Chine. Une loi de 2017 oblige tous les citoyens et organisations de Chine à "soutenir, assister et coopérer" avec le service national de renseignement du pays. La loi peut également obliger les entreprises chinoises, y compris leurs subventions à l'étranger, à transmettre des données au gouvernement central, si on lui demande de le faire .

La Commission irlandaise de protection des données (DPC) enquête sur les transferts de données de TikTok vers la Chine, et sur sa conformité aux lois européennes sur la protection de la vie privée depuis septembre 2021.

TikTok a défendu à plusieurs reprises son indépendance vis-à-vis du gouvernement chinois, et a déclaré que les interdictions étaient "malavisées et fondées sur des idées fausses fondamentales".Le réseau social a insisté sur le fait qu'il s'engage à protéger "les données des 125 millions de personnes à travers l'UE qui se rendent sur TikTok chaque mois".

Alors que les interdictions émergent de manière presque synchronisée, l'ambassadeur de Chine auprès de l'Union européenne, Fu Cong, a condamné les interdictions sur Twitter: "t__rès déçu que les institutions de l'UE imposent des restrictions à l'utilisation de TikTok sur les appareils du personnel""Alors que son économie peine à se redresser, il est dans l'intérêt de l'UE d'agir sur ses paroles, en respectant les principes de l'économie de marché et de la concurrence loyale, afin de renforcer la confiance mondiale dans l'environnement des entreprises de l'UE, plutôt que l'inverse" a t'il ajouté.

Des dizaines d'applications et de sites Web occidentaux, dont Twitter, où Fu Cong a écrit son message, sont depuis longtemps bloqués en Chine continentale en vertu de la politique stricte de censure d'Internet du pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Tiktok bientôt bannie ? La plateforme est sous le feu des critiques en Occident

Commission européenne : plus de TikTok pour le personnel de l'institution

Il y a "une normalisation de la détention" des migrants