Le mécanisme d'ajustement carbone aux frontières validé par les eurodéputés

Le Parlement européen a validé cinq textes dans le cadre du paquet "Fit for 55"
Le Parlement européen a validé cinq textes dans le cadre du paquet "Fit for 55" Tous droits réservés Jean-Francois Badias/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Grégoire Lory
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Parlement européen a adopté mardi une série de textes dans le cadre du paquet "Fit for 55", dont le dispositif qui doit attribuer un prix du carbone à certains produits importés.

PUBLICITÉ

Le Parlement européen fait un nouveau pas dans la lutte contre le changement climatique. Les eurodéputés ont validé mardi cinq textes dans le cadre du paquet "Fit for 55" dont l'objectif est de réduire d'ici 2030 de 55% les émissions de gaz à effet de serre.

Parmi ces documents législatifs, l'hémicycle entérine le mécanisme d'ajustement carbone aux frontières (MACF ou en anglais CBAM - Carbon Border Adjustment Mechanism). Le principe est de rendre plus équitables les conditions de concurrence entre les producteurs de l’UE et ceux des pays tiers en attribuant un prix du carbone à certains produits importés.

Ce dispositif doit par ricochet accroître l’ambition climatique à l’échelle internationale. Pour le rapporteur au Parlement, Mohammed Chahim, ce dispositif change profondément la donne.

"C'est vraiment historique parce que pour la première fois, nous allons commencer à demander aux producteurs de payer pour les émissions de CO2 importées. Et c'est la première fois que l'UE ou toute autre région du monde applique un droit de douane ou un prix du carbone aux producteurs en dehors de l'UE", se félicite l’eurodéputé social-démocrate.

"Nous espérons que cela incitera d'autres régions du monde à nous rejoindre au sein de l'UE pour faire preuve de la même ambition et décarboner l'économie le plus rapidement possible, tout en maintenant l'objectif de 1,5 degré à portée de main", ajoute le parlementaire néerlandais.

Ce mécanisme sera applicable à plusieurs industries comme la sidérurgie, le ciment, l'aluminium, ou encore les engrais. Il entrera en vigueur à partir du 1er octobre mais avec d'abord une période de transition.

Pour Eurofer, l'association européenne des industriels de l'acier, il faut encore des précisions pour encadrer une concurrence équitable avec les entreprises hors de l'UE.

"Au cours des huit prochaines années, notre secteur devrait investir environ 30 milliards d'euros dans la décarbonation, mais il doit en même temps rester compétitif. Par exemple, nous avons 45 milliards d'euros d'acier européen qui sont exportés vers des pays tiers, et ces exportations, avec les mesures actuelles, seraient totalement exposées à des coûts unilatéraux et ne seraient plus compétitives", précise Adolfo Aiello, directeur général adjoint d’Eurofer.

"À court terme, c'est donc notre survie qui est en jeu, ainsi que notre transition vers un acier vert."

Le Parlement a aussi adopté la réforme du Système d'échange de quotas d'émission et le Fonds social pour le climat qui doit garantir une transition climatique équitable pour tous les citoyens de l'UE.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'UE s'efforce de limiter les débordements du conflit israélo-iranien

Elections européennes : le parti grec Syriza prêt à présenter des candidats

En Croatie, une campagne à couteaux tirés entre le Premier ministre sortant et l'actuel Président