EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Niger : la France va débuter l'évacuation de ses ressortissants

Marche organisée par les partisans du chef du coup d'État, le général Abdourahamane Tiani, à Niamey, au Niger, le dimanche 30 juillet 2023.
Marche organisée par les partisans du chef du coup d'État, le général Abdourahamane Tiani, à Niamey, au Niger, le dimanche 30 juillet 2023. Tous droits réservés AP Photo/Sam Mednick
Tous droits réservés AP Photo/Sam Mednick
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le Quai d'Orsay justifie cette décision par les violences qui ont eu lieu contre l'ambassade de France et la fermeture de l'espace aérien du Niger.

PUBLICITÉ

La France a décidé d'évacuer dès mardi ses ressortissants du Niger, "compte tenu de la situation à Niamey", a annoncé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Le Quai d'Orsay justifie cette décision par les "violences qui ont eu lieu contre notre ambassade avant-hier et la fermeture de l'espace aérien qui laisse nos compatriotes sans possibilité de quitter le pays par leurs propres moyens".

"Cette évacuation débutera dès aujourd'hui", précise-t-il, ajoutant que la France pourrait évacuer également "des ressortissants européens qui souhaiteraient quitter le pays".

Quelque 600 Français se trouvent actuellement sur place au Niger, un chiffre qui ne prend pas en compte ceux en vacances et se trouvant pour le moment hors du pays.

Un coup d'Etat au Niger, mené par le général Abdourahamane Tiani, a renversé le président élu Mohamed Bazoum la semaine dernière. Le général Tiani a justifié ce putsch par "la dégradation de la situation sécuritaire" dans un pays miné par la violence de groupes djihadistes.

Des milliers de manifestants pro-putschistes se sont ensuite réunis dimanche devant l'ambassade de France à Niamey, capitale du Niger, avant d'être dispersés par des grenades lacrymogènes.

La France, ex-puissance coloniale dans la région et soutien indéfectible du président Bazoum, apparaît comme la cible privilégiée des militaires qui l'ont renversé.

Mises en gardes du Burkina Faso et du Mali

Le Burkina Faso et le Mali dirigés par des militaires ont mis en garde lundi contre toute intervention militaire au Niger pour rétablir Mohamed Bazoum, président renversé par un putsch, affirmant qu'elle serait considérée "comme une déclaration de guerre" à leurs deux pays.

Cette mise en garde survient au lendemain de la menace d'usage de "la force" proférée par les dirigeants ouest-africains, soutenus par leurs partenaires occidentaux, dont la France, ex-puissance coloniale dans la région, accusée par les militaires qui ont pris le pouvoir au Niger de vouloir "intervenir militairement".

Dans un communiqué commun, les gouvernements du Burkina et du Mali "avertissent que toute intervention militaire contre le Niger serait considérée comme une déclaration de guerre contre le Burkina Faso et le Mali".

Ils "préviennent que toute intervention militaire contre le Niger entraînerait un retrait du Burkina Faso et du Mali de la Cédéao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest), ainsi que l'adoption de mesures de légitime défense en soutien aux forces armées et au peuple du Niger".

Ils ajoutent qu'ils "refusent d'appliquer" les "sanctions illégales, illégitimes et inhumaines contre le peuple et les autorités nigériennes" décidées à Abuja.

Dimanche, les dirigeant de la Cédéao ont fixé un ultimatum d'une semaine à la junte militaire au Niger pour un "retour complet à l'ordre constitutionnel", affirmant ne pas exclure un "recours à la force" si ce n'était pas le cas.

Ils ont également décidé de "suspendre toutes les transactions commerciales et financières" entre ses Etats membres et le Niger, et de geler les avoirs des responsables militaires impliqués dans le coup d'Etat.

Les pressions pour pousser les auteurs du coup d'Etat du 26 juillet à rétablir rapidement "l'ordre constitutionnel" s'accumulent, venant de l'ensemble des partenaires occidentaux et africains du Niger, pays jugé essentiel dans la lutte contre les groupes djihadistes qui ravagent certaines parties des pays du Sahel depuis des années.

La France et les Etats-Unis, notamment, y déploient respectivement 1 500 et 1 100 soldats qui participent à la lutte anti-djihadiste.

"Arrestations abusives"

Il s'est ensuite rendu à Niamey où il s'est entretenu avec Mohamed Bazoum, retenu depuis le 26 juillet dans sa résidence présidentielle, et avec le général Abdourahamane Tiani, le chef de la junte.

L'Union européenne (UE) a prévenu qu'elle tiendrait les putschistes responsables "de toute attaque à l'encontre de civils, et de personnel ou installation diplomatiques" et "appuiera rapidement et résolument" les décisions de la Cédéao.

PUBLICITÉ

L'Allemagne et l'Espagne ont annoncé suspendre leur aide au Niger.

La Russie de son côté, dont le drapeau a été agité par des manifestants pro-junte à Niamey, a appelé "à un rétablissement au plus vite de la légalité dans le pays" et "à la retenue".

Le Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS, au pouvoir), a dénoncé les "arrestations abusives" de quatre ministres - Intérieur, Pétrole, Mines et Transports -, d'un ancien ministre et du chef du parti, dans un communiqué transmis lundi à l'AFP. Des sources proches de la présidence ont également fait part de l'arrestation du ministre de l'Enseignement supérieur.

L'UE a également condamné lundi l'arrestation par la nouvelle junte nigérienne de ministres du gouvernement déchu et a exigé leur libération immédiate.

"L'UE dénonce la poursuite des arrestations de ministres et de hauts fonctionnaires du gouvernement du président Mohamed Bazoum par les putschistes au Niger", a déclaré Josep Borrell, chef de la diplomatie de l'UE, sur Twitter, rebaptisé X.

PUBLICITÉ

"Nous appelons à leur libération immédiate", a-t-il ajouté

Le Niger est l'un des pays les plus pauvres du monde, en dépit de ses ressources en uranium. Miné par les attaques de groupes liés à l'Etat islamique et à Al-Qaïda, il est le troisième pays de la région à subir un coup d'Etat depuis 2020 après le Mali et le Burkina Faso.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Niger : le général Abdourahamane Tchiani justifie le coup d'Etat, l'Occident condamne

Niger : l'armée soutient les putschistes, condamnations internationales

Les 27 négocient les postes à responsabilité de l’UE