L'UE atteindra son objectif en matière de stockage de gaz plusieurs mois avant la date limite

Un autocollant indique "gaz naturel" sur un tuyau à l'usine de la société française R-CUA, à Strasbourg, dans l'est de la France, le 7 octobre 2022\.
Un autocollant indique "gaz naturel" sur un tuyau à l'usine de la société française R-CUA, à Strasbourg, dans l'est de la France, le 7 octobre 2022\. Tous droits réservés AP Photo/Jean-Francois Badias
Tous droits réservés AP Photo/Jean-Francois Badias
Par Alice Tidey
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Le stockage de gaz en Europe est désormais rempli à un peu moins de 90 % de sa capacité, atteignant ainsi l'objectif obligatoire de garantir que le continent puisse s'alimenter en électricité pendant l'hiver avec des mois d'avance.

PUBLICITÉ

"La bonne nouvelle est qu'à ce jour, le stockage est de 89,89 %, ce qui est une excellente nouvelle", a déclaré un porte-parole de la Commission européenne à la presse jeudi.

Tous les pays de l'UE disposant d'installations de stockage n'ont pas encore atteint la capacité requise de 90 %, mais le porte-parole de la Commission s'est montré optimiste, ajoutant que "les États membres voient et comprennent qu'il est extrêmement important de respecter l'obligation de remplir nos installations de stockage de gaz".

"Il s'agit d'un processus continu et nous sommes sur la bonne voie", a-t-il déclaré.

L'objectif de remplir les installations de stockage de gaz à 90 % de leur capacité d'ici le 1er novembre 2023 a été fixé l'année dernière, quelques semaines après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, alors que les prix de l'énergie commençaient à grimper vers de nouveaux records et que l'on craignait que Moscou ne ferme le robinet du gaz.

Ces craintes se sont concrétisées peu de temps après, en représailles aux sanctions économiques de grande ampleur imposées par l'UE et à la promesse d'arrêter toutes les importations de combustibles fossiles russes. Avant la guerre en Ukraine, l'UE achetait 40% de son gaz à Moscou.

La coupure brutale de l'approvisionnement en gaz russe a fait craindre à l'UE des pannes d'électricité hivernales, ce qui a incité les gouvernements à préparer les pires scénarios , y compris des coupures d'électricité généralisées. Un hiver doux et une réduction de la consommation d'énergie, sans doute en partie liée à la flambée des factures d'énergie, ont permis d'éviter que ces plans ne soient mis en œuvre.

Les niveaux de stockage de gaz au début du mois d'avril, c'est-à-dire à la fin de la saison de chauffage, étaient remplis à 56%, soit bien plus que la moyenne quinquennale de 34%.

Néanmoins, pour éviter que ne se répète la situation de 2022, lorsque les États membres de l'UE s'étaient fait concurrence pour importer du gaz en provenance de fournisseurs non russes, la Commission européenne a mis en place une plateforme commune d'achat de gaz. L'objectif était de tirer parti du pouvoir de marché de l'Union et de faire baisser les prix pour les acheteurs européens.

L'exécutif européen a qualifié sa plateforme de "succès remarquable", mais est resté muet sur les prix, déclarant qu'il ne prenait pas part aux négociations entre les acheteurs et les vendeurs.

Les prix du mécanisme de transfert de titres (TTF), une plateforme virtuelle pour le commerce du gaz, se sont maintenus cette semaine à près de 40 euros par mégawattheure, bien en dessous des prix à trois chiffres observés pendant la majeure partie de l'année 2022.

Toutefois, la dépendance de l'UE à l'égard des fournisseurs étrangers signifie qu'elle reste vulnérable aux fluctuations des prix.

L'Union européenne dispose d'une capacité de stockage de 100 milliards de mètres cubes, auxquels s'ajoutent 30 milliards de mètres cubes en Ukraine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un an après, l’Union européenne tourne la page de la crise énergétique

La Juventus de Turin limoge son entraineur Massimiliano Allegri

State of the Union : détente entre Athènes et Ankara, inquiétudes en Georgie