PUBLICITÉ

Le gouvernement néerlandais nomme le ministre des Affaires étrangères Wopke Hoekstra au poste de Commissaire européen

Le gouvernement intérimaire de Mark Rutte a nommé vendredi le ministre des affaires étrangères sortant, Wopke Hoekstra, au poste de commissaire européen.
Le gouvernement intérimaire de Mark Rutte a nommé vendredi le ministre des affaires étrangères sortant, Wopke Hoekstra, au poste de commissaire européen. Tous droits réservés Mauro Scrobogna/LaPresse lapresse
Tous droits réservés Mauro Scrobogna/LaPresse lapresse
Par Mared Gwyn Jones
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Wopke Hoekstra, a été désigné vendredi comme candidat au poste de Commissaire européen, après la démission de Frans Timmermans, responsable de la politique climatique de l'UE, pour se présenter aux prochaines élections néerlandaises.

PUBLICITÉ

"Après des consultations au sein du gouvernement et avec la présidente de la Commission européenne, j'ai décidé de présenter Wopke Hoekstra comme candidat à la Commission européenne", a déclaré le Premier ministre néerlandais Mark Rutte dans un communiqué.

Wopke Hoekstra dirige le ministère des Affaires étrangères depuis 2022. Avant cela, il a occupé le poste de ministre des Finances entre 2017 et 2022. Il était alors en charge des discussions sur le redressement financier de l'UE après la pandémie de Covid-19. Il s'est fait connaître à Bruxelles comme l'un des plus virulents opposants au partage de l’effort fiscale. Avec les pays dits "frugaux", il s’est opposé à l'émission d'une dette collective sous la forme d'"obligations corona".

Mais avant de rejoindre la Commission, il devra passer une audition devant le Parlement européen.

Frans Timmermans, responsable de la politique climatique de l’UE, a officiellement démissionné de la Commission en début de semaine. L’institution a annoncé que Maroš Šefčovič, en charge des relations avec le Royaume-Uni et de la mise en place d'une plateforme commune d'achat de gaz, reprendrait les responsabilités précédentes de Frans Timmermans en tant que vice-président de la Commission européenne pour le Pacte vert. Mais le portefeuille du climat reste à pourvoir.

Wopke Hoekstra est issu des rangs de la droite et appartient au Parti populaire européen (PPE). Il a récemment été critiqué pour ses tentatives de limiter l’ambition climatique de l'Union.

En réponse à cette nomination, le groupe des sociaux-démocrates (S&D) au Parlement européen a confirmé vendredi sa revendication de conserver le portefeuille climatique, décrivant Wopke Hoekstra comme un candidat "controversé".

"Dans le contexte des récentes manœuvres cyniques et populistes du PPE conservateur visant à diluer le Pacte vert et à faire dérailler des dossiers législatifs clés tels que la loi sur la restauration de la nature, il est crucial pour notre groupe que le portefeuille du climat reste entre les mains de la famille des socialistes et démocrates", souligne la formation dans un communiqué.

"Wopke Hoekstra s'est fait connaître du grand public européen par des déclarations controversées lors de la crise de Covid-19", ajoutent les sociaux-démocrates. "Pour obtenir le soutien de notre groupe, tout commissaire désigné doit prouver sans l'ombre d'un doute son engagement envers les valeurs européennes, telles que la solidarité en tant que pierre angulaire de notre union".

L'audition de Wopke Hoekstra devant le Parlement européen devrait avoir lieu au début de l'automne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Commission européenne : Frans Timmermans quitte la vice-présidence

Macron entame la première visite d'État d'un président français en Allemagne depuis 24 ans

Jean-Luc Mélenchon appelle la France à reconnaître l'État palestinien