EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Céréales ukrainiennes : Varsovie prolonge l'interdiction d'importation

Euronews
Euronews Tous droits réservés ANATOLII STEPANOV/AFP or licensors
Tous droits réservés ANATOLII STEPANOV/AFP or licensors
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le gouvernement polonais a annoncé mardi qu'il allait prolonger unilatéralement l'interdiction d'importer des céréales ukrainiennes après le 15 septembre, date fixée par Bruxelles.

PUBLICITÉ

"Quelle que soit la décision ultérieure de la Commission, nous n'ouvrirons pas la frontière aux céréales ukrainiennes après cette date", selon un communiqué du gouvernement qui a souligné continuer à chercher une solution au niveau européen.

"Toutefois, si Bruxelles ne maintient pas l'embargo, nous mettrons en place ces solutions nous-mêmes. Il s'agit d'une question fondamentale pour nous. Les intérêts de la campagne polonaise sont les plus importants pour nous", a indiqué le gouvernement.

Si la Pologne est un important fournisseur d'aide militaire et humanitaire à l'Ukraine et accueille environ un million de réfugiés ukrainiens, la question des importations de céréales a déclenché une querelle diplomatique entre les deux voisins.

L'Ukraine a annoncé mardi être prête à saisir l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour exiger une compensation de la Pologne, qui a décidé de prolonger son interdiction d'importer des céréales ukrainiennes.

Populisme politique

Accusant Varsovie, pourtant un proche allié de Kiev, de "populisme politique avant (l)es élections" législatives prévues en Pologne mi-octobre, le Premier ministre ukrainien Denys Chmygal a indiqué sur X (ex-Twitter) que "l'Ukraine sera contrainte de se tourner vers l'arbitrage de l'OMC".

Dans une résolution adoptée mardi, le gouvernement a demandé à l'UE de prolonger l'interdiction des importations de quatre céréales: le blé, le maïs, le colza et les graines de tournesol.

Il a indiqué que l'interdiction de la Pologne "restera en vigueur jusqu'à ce que de l'ordre soit remis dans les relations agricoles entre la Pologne et l'Ukraine".

Le conflit en Ukraine et les problèmes liés aux exportations de céréales ukrainiennes via la mer Noire ont fait de l'UE une voie de transit et une destination d'exportation majeures pour les céréales ukrainiennes.

En avril, l'UE avait autorisé cinq États membres, la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne, la Roumanie et la Slovaquie, à interdire la commercialisation de blé, maïs, colza et tournesol ukrainiens sur leur territoire, à condition qu'ils n'empêchent pas le transit vers d'autres pays. Cela, afin de protéger leurs agriculteurs, qui attribuaient à ces importations la chute des prix sur leurs marchés locaux.

Cheval de bataille du PiS

Ces cinq États ont demandé que ces interdictions, qui expirent vendredi, soient prolongées.

La question est particulièrement sensible en Pologne, où des élections auront lieu le mois prochain. L'actuel gouvernement de droite populiste du parti Droit et Justice bénéficie d'un fort soutien dans les régions agricoles.

"Je tiens à assurer à tous les agriculteurs, à toute la campagne polonaise, que nous défendrons sans aucun doute les intérêts des agriculteurs polonais", a déclaré le Premier ministre Mateusz Morawiecki lors de la réunion du cabinet.

Le vice-premier ministre Jaroslaw Kaczynski a déclaré que la Pologne souhaite aider l'Ukraine "mais que, dans le même temps, nous ne devons pas oublier nos concitoyens".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Euro de football 2024 : les Français de l'étranger unis derrière les Bleus... mais pas aux urnes

Nouveau coup dur pour les libéraux de l'UE : le Tchèque Andrej Babiš retire ses sept eurodéputés

Roberto Baggio, star de la Squadra Azzurra, cambriolé à son domicile alors qu'il regardait le match Italie-Espagne