EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les 27 ne veulent pas renforcer les normes sur les émissions des voitures particulières

Les Etats membres ne souhaitent pas renforcer les normes des émissions de CO2 des voitures particulières
Les Etats membres ne souhaitent pas renforcer les normes des émissions de CO2 des voitures particulières Tous droits réservés Martin Meissner/AP
Tous droits réservés Martin Meissner/AP
Par Sandor Zsiros
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les ministres de l’UE se sont retrouvés lundi à Bruxelles dans le cadre du Conseil compétitivité. Ils ont décidé de maintenir les standards déjà existants en matière de standards d’émissions de CO2 pour les voitures particulières.

PUBLICITÉ

Les Etats membres de l'Union européenne poussent pour assouplir les standards des émissions des voitures, appelés Euro 7. Ces normes entendent obliger les constructeurs automobiles à réduire progressivement les émissions de CO2 afin de lutter contre le changement climatique et d'améliorer la qualité de l'air.

Les 27 ministres réunis lundi à Bruxelles dans le cadre du Conseil compétitivité ont suivi la voie souhaitée par l**'industrie automobile**. Ils ont décidé de ne pas toucher aux mesures déjà existantes pour les voitures particulières. La France, l'Italie et la République tchèque, qui s'appuient sur des constructeurs importants, ont poussé dans cette direction.

"Nous sommes conscients de l'importance de l'industrie automobile, non seulement pour l'Union européenne, mais aussi pour l'industrie tchèque : 10 % du PIB total, plus de 20 % des exportations totales. Nous devons donc être conscients de l'impact", explique Jozef Sikela, ministre tchèque de l’Industrie.

La décision des Etats membres va à l'encontre de la proposition de la Commission européenne. Cette dernière souhaitait réduire de façon significative les émissions et établir ainsi des standards plus stricts. Mais les constructeurs automobiles n'ont eu de cesse de souligner que cette ambition engendrerait des coûts supplémentaires pour l'industrie et donc pour les consommateurs.

Pour les organisations de défense de l'environnement cette décision est décevante. 

"Euro7 était une opportunité de réduire les 70 000 décès causés par le transport routier chaque année. Et pour les voitures, malheureusement, le Conseil n'améliore pas du tout les limites par rapport à la norme Euro 6. Cela signifie essentiellement que nous aurons les mêmes voitures, juste déguisées et blanchies sous l'appellation Euro 7", regrette Anna Krajinska, de l’ONG Transport & Environnement.

La Commission européenne souhaitait une entrée en vigueur en 2025 des normes Euro 7. Mais le Conseil semble vouloir une extension. De plus, les Etats membres devront trouver un accord sur ce texte avec le Parlement européen.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les e-carburants sont-ils une alternative viable et écologique au moteur à combustion ?

Josep Borrell envoie "un signal" à la Hongrie de Viktor Orbán

Ouverture de la conférence mondiale sur le sida à Munich