Comment les salaires moyens se comparent-ils en Europe ?

Vue aérienne du centre-ville de Varsovie et de la Vistule avec le pont Swietokrzyski
Vue aérienne du centre-ville de Varsovie et de la Vistule avec le pont Swietokrzyski Tous droits réservés JANEK SKARZYNSKI/AFP
Par Indrabati Lahiri
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Comment se comparent les salaires moyens en Europe ? Voici les pays qui présentent les salaires les plus élevés.

PUBLICITÉ

Les réglementations européennes relatives aux salariés sont généralement assez strictes et mettent l'accent sur les conditions de travail individuelles et les droits du travail, notamment le droit à l'information, les lois anti-discriminatoires et la sécurité de l'emploi.

Toutefois, en ce qui concerne les salaires et les traitements dans les États membres de l'UE, il existe encore des variations significatives, qui dépendent d'un certain nombre de facteurs, tels que les lois, la demande, l'inflation et d'autres encore.

Comparaison des salaires entre les pays d'Europe

Selon Statista, en 2022, les salaires annuels moyens allaient de 73 642 euros en Islande à 24 067 euros en Grèce.

  1. l'Islande (73 642 €)
  2. le Luxembourg (72 529 €)
  3. la Suisse (67 605 €)
  4. la Belgique (63 758 €) 
  5. le Danemark (59 405 €)
  6. la Grèce (24 067 €)
  7. la Slovaquie (24 337 €)
  8.  la Hongrie (26 376 €)
  9. le Portugal (29 540 €) 
  10. la République tchèque (30 967 €)
  • Selon Eurostat, le coût horaire moyen de la main-d'œuvre dans l'UE était de 30,5 euros. 
  • Le salaire annuel moyen des travailleurs célibataires sans enfant s'élevait à 26 136 euros.
  • Les couples avec deux enfants gagnaient en moyenne 55 573 euros par an.

L'écart de rémunération non ajusté entre les hommes et les femmes était de 12,7 % en 2021, l'écart le plus important étant observé en Estonie (20,5 %) et le plus faible au Luxembourg (-0,2 %). Toutefois, selon la Commission européenne, l'écart de rémunération augmentera de 13 % en 2023.

Que fait l'UE pour combler l'écart de rémunération ?

En 2020, la Commission européenne a annoncé une stratégie visant à combler cet écart d'ici à 2025. Elle a ensuite lancé la directive sur la transparence des rémunérations en juin 2023, en la dotant d'un fonds de 6,1 millions d'euros pour en faciliter la mise en œuvre. Cette directive a permis aux employés de reconnaître plus facilement les discriminations salariales. Elle a également servi de ligne directrice pour les employeurs.

En Europe, les secteurs les plus rémunérateurs sont la finance, l'assurance, l'électricité, l'exploitation minière, les technologies de l'information, le commerce de détail et l'éducation. À l'opposé, les secteurs les moins rémunérateurs sont l'assistance administrative, l'hôtellerie et la construction.

Qu'est-ce qui explique les salaires élevés en Islande et au Luxembourg ?

Les salaires élevés en Islande s'expliquent par le fait qu'une grande partie du secteur privé du pays mise sur les conventions collectives. Certaines augmentations sont également dues à l'ajout des prestations de la Covid-19, ainsi qu'au rebond des salaires horaires après la faiblesse observée pendant la pandémie.

L'Islande est également l'un des pays les plus chers du monde, avec une inflation élevée et persistante, ce qui contribue également à inciter les travailleurs à demander des salaires plus élevés. Depuis mars 2019, 326 accords de travail islandais ont été signés, et plus de 90 % de la main-d'œuvre fait partie d'un syndicat.

Les secteurs financier et bancaire constituent le principal poids derrière les salaires attractifs du Luxembourg, la plupart des banques employant des travailleurs hautement qualifiés, expérimentés et en demande. Un certain nombre d'entre eux sont également des expatriés.

Le Luxembourg révise également son salaire social minimum tous les deux ans en fonction des salaires moyens et de l'évolution des prix, ce qui permet de maintenir les normes salariales à un niveau très élevé. Toutefois, les salaires dépendent largement des secteurs, des divisions des banques, de l'ancienneté, de l'âge, ainsi que de la formation et de l'expérience.

Cela peut entraîner des disparités importantes, même au sein d'un même secteur, en fonction du rôle et de l'intitulé du poste d'un employé. Ainsi, les salaires moyens sont restés plus ou moins stables au Luxembourg depuis 2015, alors que la productivité diminue.

Des impôts moins élevés et un secteur bancaire et financier en plein essor

Le marché du travail de la Suisse partage également une grande partie des offres du Luxembourg, car les deux pays sont principalement soutenus par le secteur des services bancaires et financiers. Cependant, la Suisse a également des impôts beaucoup moins élevés que le reste de l'Europe, avec une moyenne de 20 à 35 % pour la tranche de 150 000 à 250 000 francs suisses.

La Belgique mise également beaucoup sur l'indexation des salaires, tant pour les employés que pour les ouvriers du secteur privé. En 2022, le pays a connu l'indexation la plus élevée depuis 50 ans, l'inflation galopante et les prix incontrôlés de l'énergie ayant eu raison du pouvoir d'achat des salariés.

Le Danemark, quant à lui, dispose d'un modèle de marché du travail quelque peu unique, qui repose sur un équilibre entre flexibilité et sécurité. Cela permet au pays de ne pas avoir de salaire minimum fixe, mais de laisser les employés et les employeurs conclure leurs propres accords salariaux.

Dans le même temps, les lois relatives aux licenciements sont moins nombreuses, et les litiges les concernant sont également très peu nombreux. Les salariés ne sont toutefois pas laissés pour compte. Ils disposent de caisses d'assurance chômage, auxquelles ils peuvent cotiser pendant qu'ils sont employés, sur la base d'un abonnement. Cela leur permet de bénéficier d'allocations de chômage pendant deux ans au maximum, au cas où ils perdraient leur emploi par la suite.

Pourquoi les salaires sont-ils si bas en Grèce par rapport à d'autres pays ?

L'économie et le marché du travail grecs peinent encore à se remettre de la crise de la dette souveraine, ce qui explique que les salaires moyens et les salaires minimums soient bien inférieurs à ceux du reste de l'Europe. Un certain nombre de mesures plus strictes ont également été mises en œuvre récemment sur le marché du travail, telles que des mesures visant à embaucher des stagiaires jeunes et fraîchement diplômés, qui peuvent être moins bien rémunérés.

De même, la Slovaquie est confrontée à une faible productivité du travail et aux conséquences de l'effondrement du régime soviétique, qui maintient les salaires à un niveau bas.

Le Portugal est également confronté à une faible productivité, ainsi qu'à une tendance croissante à l'embauche de travailleurs saisonniers à court terme, afin de soutenir le secteur touristique du pays. La baisse des salaires a également contribué à écarter un certain nombre de personnes du secteur immobilier en plein essor.

PUBLICITÉ

Une récession technique en Hongrie peut avoir contribué à la baisse récente des salaires, car moins d'entreprises étaient en mesure de supporter les coûts de la main-d'œuvre. Cependant, historiquement, le faible coût de la vie en Hongrie a pu être un facteur clé de la faiblesse des mouvements salariaux à la hausse, bien que cela puisse changer lentement maintenant que le pays est confronté à une inflation plus élevée.

En revanche, la République tchèque a été confrontée à un problème plus culturel, la majorité des salariés hésitant à négocier des augmentations de salaire. En conséquence, même les syndicats sont plus faibles qu'ils ne devraient l'être et ne sont pas en mesure de faire avancer les revendications des salariés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Comment les salaires minimums se comparent-ils dans toute l'Europe en 2024 ?

Salaires minimaux dans l'Union européenne : quelles sont les nouvelles règles ?

Répartition des richesses : où les écarts sont-ils les plus criants en Europe ?