Une pétition européenne pour protéger les enfants en ligne

L'ONG Justice Initiative a réuni à Bruxelles des survivants de plusieurs Etats membres pour présenter sa pétition
L'ONG Justice Initiative a réuni à Bruxelles des survivants de plusieurs Etats membres pour présenter sa pétition Tous droits réservés Euronews
Par Isabel Marques da Silva
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une ONG de défense du droit des enfants a remis une pétition aux institutions de l'UE pour réclamer une réglementation ferme contre les abus sexuels commis en ligne contre les plus jeunes.

PUBLICITÉ

C’est avec la chanson "Pieces of me", que l’artiste finlandaise Scharliina a interpelé mercredi à Bruxelles les institutions de l'Union européenne.

Elle évoque dans ce texte les abus sexuels dont elle a été victime enfant. Elle a fait le déplacement dans la capitale de l’UE avec d’autres survivants pour remettre une pétition de plus de 500 000 signatures, réunies par l'ONG Justice Initiative.

Les signataires réclament une régulation forte pour prévenir et lutter contre les abus commis en ligne contre les plus jeunes. Le texte adopté par la commission justice du Parlement européen a revu à la baisse l'ambition initiale de la Commission européenne.

"Tant de jeunes enfants subissent des violences sexuelles, et aujourd'hui plus que jamais parce que nous avons maintenant ce nouveau terrain de jeu en ligne qui n'a pas de règles de sécurité pour protéger les enfants de ces crimes horribles. Et pour moi, en tant que survivante, il est vraiment important de veiller à ce que personne n'ait à vivre ce que j'ai vécu", insiste Scharliina.

Le texte du Parlement européen supprime la possibilité pour les plateformes en ligne de détecter et de supprimer volontairement les contenus pédopornographiques, cela ne pourrait se faire qu'après une décision de justice. L'objectif est ainsi de protéger la vie privée des utilisateurs sur Internet.

"Le tribunal va l'ordonner très rapidement et nous avons également mis en place de nombreuses mesures pour empêcher le matériel de circuler, parce que c'est la chose la plus importante : protéger nos enfants pour qu'ils ne deviennent pas des victimes", explique l’eurodéputée Hilde Vautmans (Renew Europe).

"Peut-être que ce n'est pas à 100% comme nous le voulons tous, mais c'est un compromis que nous pouvons défendre et un grand pas en avant pour protéger les droits des enfants".

Un utilisateur sur trois d'Internet est un enfant, 32 millions de cas d'abus sexuel en ligne contre des enfants ont été signalés en 2022 dans le monde.

Une autre eurodéputée attend donc des entreprises qu'elles renforcent leurs capacités pour lutter contre ces actes.

"Au moment où nous parlons, beaucoup d'entreprises technologiques nous disent qu'elles ont une capacité limitée à le faire, mais je crois beaucoup au pouvoir de l'innovation et au pouvoir de la technologie", explique Catharina Rinzema (Renew Europe).

Les négociations entre le Parlement européen, le Conseil de l'UE et la Commission européenne devraient débuter prochainement. Mais les Etats membres sont divisés et souhaitent disposer de plus de temps pour leur débat en interne. La législation européenne pourrait devenir l'une des plus complètes au monde et pourrait donc servir de référence pour d'autres pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nicolas Schmit, candidat socialiste à la présidence de la Commission européenne

Euronews se déploie en force pour les élections européennes qui s'annoncent décisives

Comment fonctionne le Parlement européen ?