Politique de l'UE. L'Espagnole Nadia Calviño remporte la course pour diriger la Banque européenne d'investissement

Nadia Calviño (à gauche) et Margrethe Vestager en mai
Nadia Calviño (à gauche) et Margrethe Vestager en mai Tous droits réservés Bogdan Hoyaux
Par Jack Schickler
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

La ministre espagnole des Finances l'emporte face à la vice-présidente de la Commission européenne, la Danoise Margrethe Vestager, après plusieurs mois de campagne.

PUBLICITÉ

La ministre espagnole des Finances, Nadia Calviño, sera la prochaine présidente de la Banque européenne d'investissement (BEI). Cette nomination met fin à un dossier qui a longuement occupé les institutions de l’UE.

Vincent van Peteghem, le ministre belge des Finances qui préside le conseil des gouverneurs de la BEI, a expliqué que ses homologues étaient parvenus à un "consensus". "Je lui souhaite le meilleur", ajoute-t-il.

Nadia Calviño a réagi à cette annonce et se dit "reconnaissante et honorée" d'avoir l’appui de ses collègues. "Ce soutien reflète le respect, l'appréciation et le leadership que nous avons acquis grâce au travail intense et difficile de l'année dernière".

La responsable espagnole, ancienne fonctionnaire de la Commission européenne, devance la Danoise Margrethe Vestager dans cette course à la direction de l'organisme de prêt de l'Union européenne.

L’actuel président, l'Allemand Werner Hoyer, quittera ses fonctions à la fin du mois de décembre, après deux mandats de six ans. Vincent van Peteghem avait déjà proposé le nom de Nadia Calviño comme candidate dans une lettre adressée la semaine dernière à ses homologues.

Le poste était très disputé et dans cette bataille d’influence l'Espagne avait un atout à faire valoir. Dans le cadre de la présidence du Conseil de l'UE, occupée actuellement par Madrid, Nadia Calviño préside depuis juillet les réunions des ministres des Finances. Cette exposition et son rôle lui donnent un poids supplémentaire pour obtenir des soutiens.

Depuis 2014, Margrethe Vestager est la principale voix de l’UE contre les monopoles et les abus de position dominante. En tant que commissaire européenne, elle s’est attaquée aux grandes entreprises technologiques telles qu'Apple, Google et Facebook. Elle s'est temporairement mise en retrait de ses fonctions depuis septembre afin de faire campagne pour la présidence de la BEI.

Dans un message publié sur X, Margrethe Vestager a confirmé qu'elle retirait sa candidature et qu'elle reprendrait ses fonctions de vice-présidente de la Commission.

L'établissement de l'UE financée et gouvernée par les 27 ministères des Finances, la BEI s'est récemment rebaptisée "banque du climat". Elle a promis en 2019 de soutenir des investissements durables à hauteur de 1 000 milliards d'euros et de mettre fin au financement des énergies fossiles, tout en finançant des milliards d'euros pour la reconstruction de l'Ukraine, déchirée par la guerre.

Nadia Calviño a précédemment dirigé la direction générale du budget au sein de la Commission. Elle a été candidate en 2019 à la direction du Fonds monétaire international, qu'elle a finalement perdue face à la Bulgare Kristalina Georgieva.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Il faut que les citoyens aient accès à des technologies vertes abordables"

Les demandes des agriculteurs nécessitent des solutions rationnelles pour "surmonter les préjugés" à l'égard de l'Ukraine, selon Kyiv

L’UE inflige une amende de 1,8 milliard d'euros contre Apple sur le marché de la musique en ligne