L’OTAN appelle la Hongrie à ratifier l’adhésion de la Suède

Ambassadeur des États-Unis auprès de l'OTAN Julianne Smith
Ambassadeur des États-Unis auprès de l'OTAN Julianne Smith Tous droits réservés Virginia Mayo/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Par Shona Murray
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Les Etats-Unis disent avoir reçu des assurances que Budapest ne retarderait pas davantage la candidature de Stockholm, explique à Euronews l'ambassadrice américaine auprès de l'OTAN, Julianne Smith.

PUBLICITÉ

L'ambassadrice américaine auprès de l'OTAN estime que l'adhésion de la Suède ne devrait plus rencontrer d’obstacle majeur. Les représentants de l'Alliance ont eu l'assurance que la Hongrie devrait ratifier la candidature de Stockholm.

Budapest bloquait, avec la Turquie, la demande suédoise depuis un an et demi. Mais le parlement turc a approuvé en début de semaine l'adhésion de la Suède, laissant la Hongrie comme dernier membre de l'OTAN à se prononcer sur cette question.

"Nous avons reçu l'assurance de la part de la Hongrie qu'elle allait aller de l'avant et faire avancer les choses. Les Hongrois comprennent, le Premier ministre (Viktor) Orban comprend que nous sommes tous plus forts avec la Suède au sein de cette alliance, c'est bon pour la Suède et c'est bon pour l'alliance de l'OTAN", assure Julianne Smith.

"Il s'agit d'un geste important envers (Vladimir) Poutine, qui lui signale qu'il s'est trompé dans ses calculs. Il pensait que l'OTAN réagirait faiblement à son intervention en Ukraine. En réalité, l'Alliance est plus forte et plus unie que jamais", poursuit-elle.

La diplomate américaine assure aux Alliés européens que l'engagement de Washington en faveur de l'Alliance était profond malgré la crainte de voir un éventuel retour de Donald Trump à la Maison Blanche après l'élection présidentielle de novembre. L'ancien président américain aurait dit il y a quatre ans à la présidente de la Commission européenne que si l'Europe était attaquée, jamais les Etats-Unis ne viendraient à l'aide.

"Il y a toujours une différence entre ce que les candidats disent pendant la campagne et ce qui se passe réellement", assure Julianne Smith.

"Je pense qu'à ce stade, il est prématuré de tirer certaines conclusions. Je veux dire qu'il faut d'abord et avant tout voir qui gagne l'élection américaine."

Pour les Etats-Unis, la priorité est de s'assurer que tous les Alliés soutiennent l'Ukraine et que l'Alliance continue de porter son effort à maintenir la sécurité sur son flanc est.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’OTAN annonce un exercice militaire géant impliquant 90 000 soldats

Le retour de Donald Trump pourrait laisser l'Europe "livrée à elle-même", selon Alexander De Croo

L'Otan prête à renforcer sa présence au Kosovo après une attaque