Le Cube : Le tableau Las Meninas a-t-il été retiré pour appel à la haine ?

EBU
EBU Tous droits réservés Diego Velázquez
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Certains utilisateurs de médias sociaux affirment que le musée du Prado, à Madrid, retire cette œuvre d'art célèbre dans le monde entier parce qu’elle véhiculerait une forme de haine à l'encontre des personnes souffrant de nanisme.

PUBLICITÉ

Certains utilisateurs de médias sociaux affirment que le musée du Prado, à Madrid, retire cette œuvre d'art célèbre dans le monde entier parce qu'il s'agit d'un crime haineux à l'encontre des personnes souffrant d'un retard de croissance, connu sous le nom de nanisme.

Mais non, ces affirmations sont fausses. Voyons pourquoi.

Ce billet publié sur X en espagnol indique qu'Ernest Urtasun, ministre espagnol de la culture, envisage de retirer Las Meninas de Diego Velázquez de l'exposition permanente du Prado.

La raison en est que le tableau constitue un crime de haine à l'encontre des personnes souffrant de nanisme et d'achondroplasie, une maladie génétique qui ralentit la croissance des os.

Pour situer le contexte, il s'agit du tableau d'art Las Meninas.

L'œuvre de 1656 représente Velázquez lui-même en train de peindre le roi et la reine d'Espagne, en présence de plusieurs autres membres de la cour royale, dont deux nains sur la droite.

Mais non, l'affirmation selon laquelle l'eouvre d'art Las Meninas a été retirée parce qu'elle est offensante pour les personnes atteintes de nanisme est fausse, et il y a quelques raisons à cela.

Tout d'abord, le compte qui a diffusé l'affirmation à l'origine se présente clairement comme une parodie, ce qui signifie qu'il ne s'agit probablement pas de la source la plus digne de confiance pour des faits concrets.

Tout d'abord, le compte qui a initialement partagé l'affirmation se présente clairement comme une parodie, ce qui signifie qu'il n'est probablement pas la source la plus digne de confiance pour des faits concrets.

Deuxièmement, le Cube a pris contact avec le ministère espagnol de la Culture, qui nous a dit qu'il n'y avait aucun projet d'enlèvement de Las Meninas.Le ministère a déclaré que cette affirmation était un canular et qu'elle était absolument fausse.

De plus, un autre compte qui a partagé l'affirmation - et qui a eu beaucoup de succès - a fait l'objet d'une note de la part de la communauté des utilisateurs de X.

La note indique qu'en fait, plutôt que de retirer des œuvres d'art, le Prado et d'autres musées espagnols modifient les descriptions de certaines œuvres, telles que Las Meninas, pour se débarrasser des termes jugés offensants.

Vous pouvez en savoir plus sur Euronews Culture, qui explique que ces changements s'inscrivent dans le cadre d'une volonté d'inclusion et de promotion de l'égalité.

Les termes espagnols pour "nanisme", "handicap", "femme de" et "obésité", par exemple, sont supprimés pour utiliser un langage plus inclusif et moins sexiste.

Las Meninas est mondialement connue non seulement en raison de sa taille et de son talent impressionnants, mais aussi en raison de sa nature méta et autoréférentielle.

Velázquez s'est peint lui-même dans l'œuvre et semble nous peindre, nous, le spectateur.

Mais si vous regardez bien, vous pouvez voir les reflets du roi Philippe IV et de la reine Mariana dans le miroir, à l'endroit où nous devrions nous trouver.

Le spectateur se trouve à l'endroit réservé à la royauté !

PUBLICITÉ

Parmi les autres personnages importants du tableau figure l'infante Marguerite-Thérèse, fille du roi et de la reine.

Elle se tient au centre et est flanquée de deux dames d'honneur - ou "meninas", d'où le nom du tableau.

Les nains, quant à eux, sont des membres de la cour d'Espagne : l'Autrichienne Maria Bárbola à gauche et l'Italien Nicola Pertusato à droite.

Pour plus d'enquêtes et de vérifications, rendez-vous sur notre site web euronews.com

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vente aux enchères en Europe, un tableau de Gustav Klimt adjugé à 74 millions de livres

Le Saint Jérome de Léonard de Vinci, tableau inachevé qui porte l'empreinte du maître, en France

Mort d'Alexeï Navalny : sa veuve, Ioulia Navalnaïa, ciblée par une campagne de désinformation