Sur quelle aide occidentale l'Ukraine peut-elle compter pour maintenir son économie à flot ?

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a demandé à ses alliés occidentaux d'accélérer les travaux sur les avoirs gelés de la banque centrale russe.
Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a demandé à ses alliés occidentaux d'accélérer les travaux sur les avoirs gelés de la banque centrale russe. Tous droits réservés Evgeniy Maloletka/Copyright 2020 The AP. All rights reserved
Par Jorge Liboreiro
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

L'Ukraine est confrontée à un trou énorme dans les caisses de l'État, que seule l'aide occidentale peut éventuellement combler.

PUBLICITÉ

Alors que la Russie poursuit son offensive tous azimuts contre le pays, le gouvernement de Kiev a consacré la moitié de ses dépenses pour 2024, soit 82 milliards d'euros, au secteur de la défense. L'effort de guerre, conjugué à la baisse des recettes de l'économie malmenée, a laissé d'autres priorités budgétaires sans financement ou presque.

Cela a rendu le pays intrinsèquement dépendant de l'aide financière des donateurs étrangers, principalement l'Union européenne, les États-Unis et d'autres partenaires du G7.

Le ministère ukrainien des finances estime que le pays aura besoin de 37,3 milliards de dollars, soit 34,45 milliards d'euros, en contributions extérieures jusqu'en 2024, ce qui représente une légère baisse par rapport au montant reçu en 2023. Les 37,3 milliards de dollars devraient couvrir la grande majorité du déficit de 39 milliards d'euros.

Dans une déclaration écrite à Euronews, le ministère a dit qu'il s'attendait à ce que Bruxelles fournisse 12,5 milliards d'euros cette année dans le cadre d'un fonds spécial de 50 milliards d'euros sur quatre ans, connu sous le nom de Facilité pour l'Ukraine, tandis que Washington a promis de verser 11,8 milliards de dollars, soit 10,9 milliards d'euros, sous forme d'aide financière.

Kiev compte également sur le Fonds monétaire international (FMI) pour approuver plus de 5 milliards d'euros de prêts. Le reste des 34,45 milliards d'euros devrait être financé par d'autres alliés occidentaux, notamment le Royaume-Uni, la Norvège, le Canada et le Japon.

Les injections d'aide étrangère sont destinées à soutenir un large éventail de services essentiels, notamment l'éducation, les soins de santé, la protection sociale et les pensions de retraite, ainsi que l'assistance aux personnes déplacées à l'intérieur du pays et aux citoyens vulnérables.

En d'autres termes, l'Ukraine consacre la majeure partie de ses recettes à l'effort de guerre, tandis que les fonds occidentaux assurent le fonctionnement de l'État.

Malgré le caractère indispensable de ces contributions, l'Union européenne et les États-Unis se trouvent dans une impasse politique et sont actuellement dans l'incapacité d'envoyer de l'argent à Kiev.

À Washington, la proposition du président Joe Biden est enlisée dans une lutte idéologique au Congrès, où les républicains exigent des concessions sans rapport avec l'immigration et le contrôle des frontières en échange du feu vert à l'octroi d'argent frais à l'Ukraine.

À Bruxelles, la facilité de 50 milliards d'euros est bloquée par le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, dont les demandes "transactionnelles" et l'attitude inflexible ont suscité la frustration. Le veto de M. Orbán sera au cœur de l'ordre du jour d'une réunion extraordinaire des dirigeants de l'Union européenne qui se tiendra dans le courant de la semaine.

L'impasse dans laquelle se trouvent simultanément Washington et Bruxelles a contraint Kiev à prendre des mesures palliatives pour éviter que les services essentiels ne s'effondrent. Mais le ministère des finances prévient que cette solution est temporaire et ne peut être prolongée sine die.

"Ces mesures sont limitées dans leur effet, et tous nos partenaires partagent le sentiment d'urgence et comprennent clairement la grande nécessité d'un financement extérieur stable et prévisible pour préserver la stabilité macro-financière et maintenir les progrès réalisés au cours de 2023 ", a déclaré un porte-parole du ministère à Euronews.

"La question du montant des fonds de l'UE est toujours en discussion. Nous espérons que l'UE approuvera la facilité pour l'Ukraine au début du mois de février."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'ONU lance un appel pour fournir une aide humanitaire d'urgence en Ukraine

Exclusif : l’office antifraude de l’UE étudie deux plaintes contre l’établissement européen de la propriété intellectuelle

"De la ferme à la table" : plus de la moitié des promesses de la stratégie alimentaire non tenues