Les familles d'otages israéliens demandent l'aide de l'UE pour obtenir leur libération

Des familles d'otages israéliens manifestent près du Tribunal pénal international à La Haye, Pays-Bas, mercredi 14 février 2024.
Des familles d'otages israéliens manifestent près du Tribunal pénal international à La Haye, Pays-Bas, mercredi 14 février 2024. Tous droits réservés Martin Meissner/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Martin Meissner/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Mared Gwyn Jones
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Les proches des otages israéliens détenus à Gaza par le Hamas craignent que le temps ne soit compté pour obtenir leur libération.

PUBLICITÉ

Des familles d’otages israéliens détenus à Gaza demandent l’aide de l’UE. En déplacement mardi à Bruxelles, elles appellent les 27, l’Etat hébreu et la communauté internationale à ne pas abandonner leurs proches et à continuer à user de leur influence diplomatique pour obtenir leur libération.

Cette demande intervient au lendemain de l’annonce par Israël du lancement de son offensive terrestre à Rafah si le Hamas ne libérait pas tous les otages restants avant le début du ramadan, le 10 mars.

"Notre gouvernement et le monde entier n'ont pas fait assez parce qu'ils sont toujours là-bas", explique Nofar, dont le frère est retenu captif à Gaza depuis son enlèvement chez lui le 7 octobre.

"Je fais confiance à mon gouvernement. Je pense qu'ils essaient de le faire, qu'ils essaient de les libérer, mais ce n'est pas suffisant et ils devraient faire plus. Ils devraient conclure un nouvel accord", ajoute-t-elle.

L'ultimatum d'Israël a ravivé le sentiment d'urgence auprès des familles.

Haim Regev, ambassadeur d'Israël auprès de l'Union européenne, a précisé mardi à la presse que "toutes les options sont sur la table". Il ajoute qu'Israël était prêt à accepter une pause humanitaire si tous les otages étaient libérés sans condition.

"Si nous constatons demain matin que le Hamas et le Djihad islamique sont prêts à libérer des otages, nous ferons une pause".

Mais les partenaires occidentaux exhortent Israël à ne pas mener l'offensive de Rafah. 26 des 27 membres de l’UE jugent que cette initiative "aggraverait une situation déjà catastrophique" dans la bande de Gaza assiégée, et où la guerre entre Israël et le Hamas fait rage depuis maintenant plus de quatre mois.

Afin de pousser Israël à faire preuve de retenue, les États-Unis ont présenté une résolution au Conseil de sécurité des Nations unies qui appelle à un "cessez-le-feu temporaire" et qui doit dissuader Israël d'avancer sur Rafah.

C'est la première fois que Washington, allié majeur de l'Etat hébreu, soutient un cessez-le-feu dans l’enclave palestinienne.

Le projet américain est en fait une contre-proposition à une résolution proposée par l'Algérie qui réclame un "cessez-le-feu humanitaire immédiat", une proposition à laquelle Washington a opposé son veto par crainte qu'elle ne compromette la poursuite des négociations en vue de la libération des otages.

Les États-Unis, ainsi que l'Égypte, Israël et le Qatar, mènent des pourparlers en vue d'obtenir une pause dans les hostilités en échange de la libération de tous les otages, mais les discussions sont dans l'impasse. La seule trêve dans les combats, une pause de six jours en novembre, avait permis de libérer 105 otages.

Environ 130 des 253 personnes enlevées lors de l'attaque du Hamas contre Israël le 7 octobre n'ont pas été retrouvées. L’Etat hébreu estime qu'environ un quart de ces 130 personnes ont été tuées.

Le coordinateur israélien des otages, Gal Hirsch, affirme que la plupart des personnes enlevées sont détenues à Rafah, où plus d'un million de Palestiniens ont également cherché refuge, loin des combats.

Israël affirme que le Hamas continue d'utiliser les otages et la population civile de Gaza comme bouclier humain.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'ONU suspend la distribution de l'aide dans le nord de la bande de Gaza

Guerre Israël-Hamas : l'économie israélienne en perte de vitesse

Charles Michel: la loi sur 'l'influence étrangère' éloigne la Géorgie de son rêve d'adhésion à l'UE