EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Des néofascistes italiens commémorent le 79e anniversaire de la mort de Mussolini

Des partisans néofascistes ont rendu hommage à Mussolini ce dimanche.
Des partisans néofascistes ont rendu hommage à Mussolini ce dimanche. Tous droits réservés AP/AP
Tous droits réservés AP/AP
Par euronews avec AP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des dizaines de néofascistes italiens ont commémoré dimanche l'anniversaire de la mort du dictateur Mussolini, exécuté en 1945 par partisans antifascistes à Dongo, sur les rives du lac de Côme.

PUBLICITÉ

Vêtus de noir, plusieurs dizaines de militants néofascistes ont célébré dimanche le 79ᵉ anniversaire de la mort de Mussolini, dans la ville de Dongo, où le dictateur italien fut exécuté en 1945 par des résistants antifascistes.

Mussolini fut arrêté sur les rives du lac de Côme, le 27 avril 1945, alors qu'il tentait de s'enfuir avec sa compagne Clara Petacci. Il fut pendu le lendemain au bord du lac de Côme à Mezzegra-Giulino. Sa dépouille fut ensuite exposée à Milan.

Dimanche, plusieurs camions de police ont séparé les hommes en noir des centaines de contre-manifestants qui ont entonné la célèbre chanson partisane "Bella Ciao" lors de la cérémonie.

Des commémorations ont également eu lieu dans plusieurs villes du nord de l’Italie ainsi qu’à Predappio, lieu de naissance et de sépulture du Duce.

Coïncidence, l’anniversaire de l’exécution de Mussolini a été célébré le jour même où la Première ministre d'extrême droite, Giorgia Meloni, annonçait sa candidature aux élections européennes dans la ville de Pescara. Le parti de Giorgia Meloni, Les Frères d’Italie, trouve ses racines dans le Mouvement social italien, fondé en 1946 par un chef de cabinet du dernier gouvernement de Mussolini et qui a attiré dans ses rangs des sympathisants et des responsables fascistes après la chute de Mussolini.

Meloni, qui a rejoint la branche jeunesse du MSI alors qu'elle était adolescente, a tenté de distancer son parti de ses racines néo-fascistes. Elle a depuis condamné la suppression de la démocratie par le fascisme et a insisté sur le fait que la droite italienne a renvoyé le fascisme dans l'histoire il y a plusieurs décennies. Dimanche, Giorgia Meloni a accusé la gauche d'être aujourd'hui davantage une menace totalitaire pour l'Italie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Elections européennes : Giorgia Meloni, la Première ministre italienne, annonce sa candidature

D'inquiétante néofasciste à partenaire respectable, la mue de Giorgia Meloni en un an au pouvoir

Exclusif : la Commission réintroduit des droits de douane sur l'avoine et les œufs ukrainiens, puis sur le sucre