EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

En Allemagne, la violence de l'extrême droite augmente à un rythme alarmant

Le nombre de cas de violences perpétrées par l'extrême droite augmente à un rythme alarmant. Les Centres de soutien aux victimes tirent la sonnette d'alarme.
Le nombre de cas de violences perpétrées par l'extrême droite augmente à un rythme alarmant. Les Centres de soutien aux victimes tirent la sonnette d'alarme. Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Marion BasmaEuronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le nombre de cas de violences perpétrées par l'extrême droite augmente à un rythme alarmant. Les Centres de soutien aux victimes tirent la sonnette d'alarme.

PUBLICITÉ

Les cas de racisme quotidien et d'attaques antisémites poussent les Centres de soutien aux victimes à tirer la sonnette d'alarme. 

Euronews s'est rendue en Thuringe, un haut lieu de l'extrême droite, pour s'entretenir avec un habitant qui a été étranglé et dont le nez a été cassé par un militant néo-nazi.

Mayar a 20 ans, il est originaire de Syrie et vit en Allemagne depuis près de neuf ans. Il explique qu'en termes de culture « et de tout ce que j'ai vécu ici, je suis plus allemand qu'arabe.»

Mayar a vécu en Allemagne et est particulièrement préoccupé par la montée du soutien au parti d'extrême droite AfD. « C'est terrible pour moi de toujours penser que quelqu'un, ou qu'un jour, le temps pourrait venir où je pourrais être expulsé juste parce que je viens d'un autre pays, même si j'ai grandi ici. C'est triste, ça fait peur et on se sent toujours comme un étranger ».

Depuis 2013, les violences racistes et antisémites perpétrées par l'extrême droite ont atteint un niveau record.  Le groupe de soutien aux victimes de Thuringe, Ezra, affirme que certaines condamnations peuvent prendre des années. Son porte-parole, Franz Zobel, analyse « Ici, ils savent qu'aucune conséquence ne les menace. S'il y en a, ce n'est qu'après des années et avec des peines légères. Et ils n'ont pas à répondre des motifs politiques qui sous-tendent leur inhumanité. »

Selon Ezra, il existe un lien direct entre l'augmentation de la violence d'extrême droite et le soutien à l'AfD, qui arrive en deuxième position dans les sondages en Allemagne et qui devrait faire des progrès considérables lors des prochaines élections dans trois États de l'est du pays.

« En outre, de nombreux politiciens de l'AfD sont eux-mêmes souvent les auteurs d'agressions, et les politiciens de l'AfD en Allemagne attaquent régulièrement les gens. », rajoute Franz Zobel.

Ces chiffres ne sont que la partie émergée de l'iceberg, car toutes les agressions ne sont pas signalées et les données manquent pour certains États fédéraux. 

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Bucarest annonce l'envoi à l'Ukraine d'un de ses quatre systèmes de défense antiaérienne

Proche-Orient : Chypre répond aux menaces du Hezbollah

Les libéraux et l'extrême droite se disputent la troisième place au Parlement européen