EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

État de l'Union : emplois de haut niveau dans l'UE et loi sur la restauration de la nature

La loi sur la restauration de la nature veut rétablir la biodiversité
La loi sur la restauration de la nature veut rétablir la biodiversité Tous droits réservés Emilio Morenatti/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Emilio Morenatti/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par Stefan GrobeMéabh McMahon
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Cette édition de l'État de l'Union se concentre sur les discussions concernant les futurs postes à responsabilité au sein de l'UE et de l'OTAN et sur l'approbation finale de la loi de l'UE sur la restauration de la nature.

PUBLICITÉ

Lundi, à Luxembourg, les ministres de l'environnement de l'UE ont donné leur aval à une loi historique visant à restaurer les écosystèmes endommagés et les cours d'eau pollués.

Après des années de négociations, c'est une victoire pour la Belgique, qui préside actuellement l'Union européenne, même si le gouvernement belge s'est abstenu lors du vote en raison des divisions entre la Wallonie et la Flandre.

Le vote n'a été adopté que grâce à l'Autriche, dont la ministre de l'environnement, Leonore Gewessler, a voté en faveur du texte, allant ainsi à l'encontre de la position du gouvernement.

"Il ne s'agit pas seulement d'un cas juridique, mais aussi d'une pratique de longue date au sein du gouvernement autrichien, qui veut que les ministres décident lors des réunions du conseil. C'est ce que j'ai fait aujourd'hui", a affirmé Leonore Gewessler.

Pour savoir ce que cette loi signifie exactement, nous nous sommes entretenus avec Ioannis Agapakis, un avocat spécialiste de l'environnement de ClientEarth, qui suit cette loi depuis plus de quatre ans et qui est très heureux de la voir adoptée.

Euronews : Que contient exactement cette loi sur la restauration de la nature ? Que se passera-t-il une fois qu'elle sera mise en œuvre ?

Ioannis Agapakis : En pratique, la loi vise à restaurer tous les écosystèmes d'Europe qui en ont besoin d'ici 2050. Pour ce faire, elle impose aux États membres une série d'objectifs contraignants visant à restaurer un large éventail d'écosystèmes, des forêts aux océans en passant par les terres agricoles et les espaces verts urbains, d'ici 2030 à 2050. La première étape de la mise en œuvre de la loi sur la restauration de la nature consistera donc, pour les États membres, à élaborer leurs plans nationaux de restauration d'ici à 2026. C'est dans ces plans qu'ils détermineront les mesures, mais aussi les zones qu'ils choisiront de restaurer. Cependant, il ne serait pas souhaitable de retarder les actions de restauration jusqu'en 2026, car cela imposerait une charge réglementaire et des coûts accrus aux États membres.

Euronews : Cette loi n'a pas été sans controverses. Les agriculteurs étaient contre. Ont-ils obtenu des concessions à la fin ?

Ioannis Agapakis : La majorité des négociations ont porté sur les écosystèmes agricoles et les agriculteurs. Il est très important de noter que la loi n'impose aucune obligation juridique directe aux agriculteurs. Et les dispositions relatives à la restauration des écosystèmes agricoles ont été considérablement édulcorées afin de refléter les réalités du secteur et les demandes qui ont été formulées. Toutefois, je tiens à souligner qu'il est tout à fait irresponsable de réduire la restauration de la nature à une guerre idéologique, comme nous l'avons observé au cours de l'année écoulée. Les agriculteurs sont les premiers à subir les effets néfastes de la crise climatique, mais aussi de la crise de l'effondrement de la biodiversité. Ils sont également les premiers et les meilleurs agents pour atténuer cette crise.

Euronews : Et cette loi, bien sûr, est un élément clé du Green Deal de l'UE. Que faut-il attendre d'autre du Green Deal européen ? D'autres éléments devraient-ils bientôt voir le jour ? Ou pensez-vous qu'il est en train de s'éteindre en raison de l'environnement politique ?

Ioannis Agapakis : Tout d'abord, je pense que la grande majorité des dossiers législatifs issus du Green Deal européen ont été adoptés ou abandonnés pour des raisons politiques. Il reste quelques dossiers qui pourraient devenir réalité dans les années à venir. Par exemple, la révision de la directive sur la taxation de l'énergie, ainsi que la révision de la directive-cadre stratégique pour le milieu marin. Ces deux instruments sont essentiels à notre transition vers une Europe neutre sur le plan climatique et riche en biodiversité. Cependant, je pense que les législateurs européens et les États membres se concentreront avant tout sur la mise en œuvre. Le Green Deal de l'UE a donné un élan, mais aussi, en fin de compte, une série d'outils juridiques que les États membres ont maintenant dans leur arsenal pour s'attaquer à la crise complexe et entremêlée à laquelle ils sont confrontés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

State of the Union : Ursula von der Leyen est "mieux placée que les autres candidats"

État de l'Union : taux d'intérêt bas et défis alimentaires

"L'Europe a longtemps oublié la géopolitique"