EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

"Une solution rapide et économique pour localiser les croisiéristes en détresse"

En partenariat avec The European Commission
"Une solution rapide et économique pour localiser les croisiéristes en détresse"
Tous droits réservés 
Par Denis Loctier
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'un des responsables du projet européen LYNCEUS2MARKET nous explique les innovations qui en sont issues : des balises placées dans des bracelets, les cartes d'accès ou les gilets de sauvetage qui localisent les croisiéristes en détresse.

En marge d'une édition de notre magazine Futuris consacré au projet de recherche européen LYNCEUS2MARKET, nous interrogeons son responsable technique sur les nouvelles technologies qui en sont issues : elles prennent la forme de balises individuelles placées dans des bracelets, les cartes d'accès aux cabines ou les gilets de sauvetage.

"La plupart des gens qui se retrouvent à l'eau en mer ne meurent pas par noyade, mais d'hypothermie, donc c'est très important de localiser ces personnes le plus tôt possible," souligne Tasos Kounoudes, responsable technique du projet LYNCEUS2MARKET et PDG de SignalGeneriX, entreprise impliquée dans cette initiative.

Réduction des coûts

"Les technologies GPS sont chères, donc elles ne sont pas déployées à grande échelle," fait-il remarquer.

"Dans le cadre du projet LYNCEUS, nous mettons particulièrement l'accent sur la réduction des coûts ; donc c'est une solution économique comparé aux dispositifs portables GPS," assure-t-il.

Tests en conditions réelles

"Ces appareils permettent une localisation par tous les temps, y compris dans des conditions extrêmement difficiles et quand il fait noir," explique Tasos Kounoudes.

"Donc on peut déterminer la position précise des personnes en mer quelles que soient les conditions," poursuit-il.

"Toutes nos technologies ont été évaluées en conditions réelles, donc nous en sommes à un très haut niveau de préparation : pendant deux ans, nous les avons testées sur des navires, en mer, et aujourd'hui, nous sommes prêts pour passer à l'étape suivante, à savoir la commercialisation," conclut le responsable technique de LYNCEUS2MARKET.

Partager cet article

À découvrir également

Des chercheurs européens veulent rendre la galvanisation plus verte

Catastrophes naturelles : de nouveaux services pour les secouristes et les civils