EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

"L'Europe se devait d'être indépendante dans la recherche virologique"

En partenariat avec The European Commission
"L'Europe se devait d'être indépendante dans la recherche virologique"
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Claudio Rosmino
Publié le
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le coordinateur du projet European Virus Archive, très impliqué dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, nous explique comment suite au 11 septembre 2001, l'Europe a jugé nécessaire de se doter de sa propre structure de référence en virologie.

Le projet européen European Virus Archive (EVAg) dont la coordination est assurée à Marseille est né de la nécessité pour l'Europe d'être totalement indépendante dans le domaine de la recherche virologique.

Ce changement de stratégie s'explique notamment par la situation internationale qui a suivi les attentats du 11 septembre 2001 comme l'explique le professeur Jean-Louis Romette, coordinateur du projet EVA.

"Après le 11 septembre 2001, les centres américains sont réservés aux laboratoires du pays"

"L'accès à des virus de bonne qualité est essentiel pour pouvoir faire une bonne recherche en virologie ; or très longtemps, les seuls centres organisés étaient aux États-Unis," explique Jean-Louis Romette. 

"Suite aux attentats du 11 septembre, les États-Unis ont décidé de fermer ces centres, l'accès était réservé aux seuls laboratoires américains et l'Europe s'est trouvée totalement démunie et c'est à cette époque-là que l'on a commencé à prendre conscience de la nécessité de mettre en place en Europe, une structure dédiée," fait-il remarquer.

"À chaque crise sanitaire, on a réagi très rapidement"

"L'importance d'EVA Global a été démontrée lors des différentes crises sanitaires que nous avons dû affronter," souligne le coordinateur du projet. 

"On a eu le MERS, Ebola, Zika, la fièvre jaune, la dengue ; maintenant, il y a__ce nouveau coronavirus et à chaque fois, on a répondu présent en réagissant très rapidement pour aider les pays à faire face à ces épidémies," affirme-t-il. 

"C'est vrai pour le domaine humain, mais on est aussi capable de le faire pour le domaine vétérinaire et bientôt pour les plantes," précise-t-il. 

Partager cet article

À découvrir également

Coronavirus : les dates clés de la course au vaccin