This content is not available in your region

Italie : des trams intelligents pour aller vers des villes plus écoresponsables

Par euronews
Plus de sécurités pour les piétons grâce à des transports publics intelligents
Plus de sécurités pour les piétons grâce à des transports publics intelligents   -   Tous droits réservés  Centro Nacional de Supercomputación de Barcelone
Taille du texte Aa Aa

Depuis quelques mois, des tramways intelligents circulent à Florence, en Italie, dans le cadre d'une expérience visant à améliorer la sécurité dans les rues de la capitale de la Toscane. Cette expérimentation vise également à poser les bases des villes de demain, elles aussi forcément intelligentes.

Les tests menés sur ces transports publics font partie du projet ELASTIC, financé par l'UE, qui travaille sur des systèmes permettant d'améliorer les informations de localisation en temps réel et la détection des dangers.

Trois tramways ont ainsi été équipés de différents capteurs, de caméras et d'unités de mesure inertielle (IMU) qui mesurent la vitesse et l'orientation d'un véhicule, et d'un système LIDAR qui mesure la proximité avec un objet donné grâce à un faisceau laser.

Trois arrêts du réseau de Florence ont également été aménagés avec des dispositifs de collecte de données pour récupérer les "data" provenant des trams. Ces données, après avoir été interprétées et étudiées, serviront, en plus des problématiques de sécurité, à élaborer des scénarios pour bâtir les villes du futur, où les questions de durabilité et de réduction de la pollution seront des enjeux primordiaux.

Pour Eduardo Quiñones, coordinateur du projet ELASTIC et chercheur au Centre de calcul de Barcelone (CNS), l'objectif est de proposer aux citadins des années et des décennies à venir une alternative aux véhicules privés à conduite autonome, qui seront - à n'en pas douter - une réalité.

"Les espaces urbains très fréquentés ont besoin de solutions de transport innovantes et d'applications pour les villes intelligentes", nous explique ce scientifique. Pour y parvenir, il est essentiel, selon lui, de rendre "les transports plus agiles, avec des itinéraires flexibles en fonction des besoins des individus et de ce qui se passe dans la ville. Les données sont fondamentales".

Réduire la pollution des villes

L'expérience de Florence porte sur la création de "zones intelligentes" en combinant les données issues des lignes de tramway, du trafic automobile dans les rues, ainsi que de l'analyse du déplacement des piétons.

L'objectif à atteindre est de réduire l'utilisation des véhicules privés, thermiques comme électriques. Car même les voitures électriques ont une empreinte environnementale, notamment avec les batteries utilisées. Pour que cet objectif puisse devenir une réalité, il faut que les transports publics fonctionnent de manière à convaincre le public de leurs avantages.

Pour que cette équation soit pertinente, il faut prendre en compte tous les paramètres. Ainsi l'utilisation d'Internet sur nos supports numériques représentent environ 4 % des émissions totales de gaz à effet de serre. Et ces moyens de transports intelligents nécessitent des équipements informatiques d'une grande précision qui ont besoin d'une aussi grande quantité d'énergie.

Selon Eduardo Quiñones, l'idée est donc que "cette intelligence artificielle fonctionne avec des appareils qui ne nécessitent pas beaucoup d'énergie et que leur utilisation soit réellement efficace". La question de la durabilité est donc centrale dans le concept de ville intelligente, ou "Smart city" en anglais.

Améliorer la sécurité

Une des prochaines étapes du projet ELASTIC sera de mettre en place un système intelligent, capable de localiser en temps réel la position des tramways, de détecter de potentiels obstacles sur la ligne ou aux arrêts. Et de suivre, également en temps réel, les mouvements des piétons et des autres véhicules pour anticiper tous les risques d'accidents.

Mais le caractère décentralisé du système pose des problèmes. En effet, "Il existe différents nœuds informatiques qui doivent se coordonner afin de produire une réponse commune. C'est un défi que la technologie doit relever. Il est nécessaire d'avoir les données en temps réel", nous explique encore Eduardo Quiñones.

Le projet ELASTIC vise à réduire d'un quart le nombre d'accidents liés au tramway à Florence, à améliorer la fluidité du trafic dans la ville de 5 % et à réduire de 30 % les coûts d'entretien du système de transport.

Pendant la "Green Week" sur euronews, nos équipes des services news et magazines explorent des histoires et solutions qui illustrent les efforts entrepris pour mieux préserver l'environnement à travers l'Europe.