This content is not available in your region

Le capitaine Kirk devient la personne la plus âgée à être allée dans l'espace

Access to the comments Discussion
Par euronews
William Shatner, à son retour de l'espace, en compagnie de Jeff Bezos, fondateur de Blue Origin, le 13 octobre 2021 au Texas.
William Shatner, à son retour de l'espace, en compagnie de Jeff Bezos, fondateur de Blue Origin, le 13 octobre 2021 au Texas.   -   Tous droits réservés  JOSE ROMERO / BLUE ORIGIN / AFP
Taille du texte Aa Aa

Ca y est ! Le "capitaine Kirk" de l'USS Enterprise, ou plutôt l'acteur américain William Shatner, est allé dans l'espace, le vrai, pas celui des studios de la série télévisée Star Trek.

Le vétéran de 90 ans est aussi devenu ce mercredi la personne la plus âgée à atteindre l'espace pour quelques minutes. Ce voyage lui a été proposé par Jeff Bezos, qui a créé la société Blue Origin. Il s'agit de la deuxième mission de la fusée "New Shepard" du milliardaire américain.

Revoir le décollage et le vol de New Shepard :

Et pour son grand départ pour l'espace, cette frontière de l'infini vers laquelle va voyager son vaisseau spatial, William Shatner s'est préparé.

Après avoir enfilé leur combinaison, l'acteur et les trois autres membres de l'équipage ont pris place à bord de la capsule. La fusée a ensuite décollé, à la verticale, vers 9h50 heure locale, soit 16h50 heure européenne, depuis l'ouest du Texas.

AP Photo/LM Otero
La fusée New Shepard après son décollage le 13 octobre 2021 dans l'ouest du TexasAP Photo/LM Otero

Moins de 5 minutes après avoir quitté le sol terrestre, cette capsule s'est désolidarisée de la fusée qui s'est ensuite reposée sur son pas de tir. La capsule a, elle, continué quelques instants sa route pour dépasser la fameuse ligne de Karman qui marque, à 100 km d'altitude, la frontière de l'espace selon la convention internationale. A cette hauteur, les passagers ont pu se détacher de leur siège et flotter quelques instants en apesanteur.

Et 10 minutes et 18 secondes après le décollage, après un petit tour plus près des étoiles, la capsule s'est posée non loin de là, après avoir été ralentie dans sa descente par trois parachutes déployés pour la manœuvre. L'équipage n'avait pas la main sur les opérations de pilotage.

Le décollage était initialement prévu à 9h, heure locale, soit 16h, heure européenne. Mais il a été repoussé d'environ 50 minutes après une suspension du compte à rebours pour d'ultimes vérifications.

Trois autres voyageurs aux côtés du capitaine Kirk

Outre l'acteur canadien, trois autres passagers ont donc pris place à bord ce mercredi.

  • Chris Boshuizen est un ancien ingénieur de la Nasa et le cofondateur de Planet Labs, une société américaine qui photographie chaque jour la Terre en haute résolution grâce à des satellites.
  • Glen de Vries est lui le cofondateur de Medidata Solutions, une entreprise spécialisée dans les logiciels de suivi d'essais cliniques pour l'industrie pharmaceutique.
  • Audrey Powers, responsable de Blue Origin, est en charge notamment des opérations de vol et de la maintenance de la fusée.

Le vol de ce mercredi était le deuxième vol habité de la fusée de l'entreprise du milliardaire Jeff Bezos, qui entend s'imposer comme un acteur incontournable dans le secteur convoité du tourisme spatial. Le fondateur de Blue Origin et d'Amazon avait d'ailleurs été de ce voyage inaugural vers l'espace en juillet dernier.

Quand la pop-culture devient réalité...

Lorsque le capitaine Kirk est monté à bord de la fusée New Shepard, fiction et réalité se sont confondues, créant l'une des images les plus marquantes de notre époque.

Star Trek, diffusée à partir de 1966 pour seulement trois saisons, relatait les aventures du vaisseau USS Enterprise, lancé dans une mission d'exploration interstellaire. La série est devenue culte pour les amateurs de science-fiction, dont Jeff Bezos.

Diffusée au moment des débuts de la conquête spatiale, avant que les Américains ne mettent le pied sur la Lune, elle avait également permis de susciter l'intérêt de la nation -- et du monde -- pour le programme de la Nasa.

Sources additionnelles • AP, AFP