EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Communiquer avec les morts grâce à l'Intelligence artificielle

Certaines entreprises tentent de faire interagir les morts et les vivants
Certaines entreprises tentent de faire interagir les morts et les vivants Tous droits réservés HereAfter AI
Tous droits réservés HereAfter AI
Par Amber Louise Bryce
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Souvenirs d'enfance, récits personnels, anecdotes... en les racontant de votre vivant, votre moi virtuel pourra converser après votre mort.

PUBLICITÉ

Pourra-t-on un jour discuter avec nos proches décédés, comme s'ils étaient encore parmi nous ? Certaines entreprises utilisent les nouveaux outils technologiques pour abolir la frontière entre morts et vivants.

En 2016, James Vlahos a découvert que son père était en train de mourir d'un cancer du poumon en phase terminale.

Douloureusement conscient que le temps qu'ils passaient ensemble était compté, James Vlahos s'est empressé de rassembler des souvenirs pendant qu'il le pouvait encore, en enregistrant l'histoire de la vie de son père, ses souvenirs d'enfance, ses dictons, ses chansons et ses blagues préférés.

Une fois transcrits, ces enregistrements ont rempli 200 pages.

"_C'était une ressource formidable, mais inerte, et j'avais envie de quelque chose d'interactif. J'ai donc passé près d'un an à programmer une réplique de mon père sous la forme d'un chatbot : le '_Dadbot'", explique M. Vlahos.

Ce "Dadbot" a été capable de faire revivre les histoires de son père par le biais de messages textuels, audio, d'images et de vidéos, créant ainsi une expérience interactive avec une réplique semblable au père de Vlahos.

Bien que cette version artificielle ne puisse jamais remplacer son vrai père, elle a apporté à Vlahos un certain réconfort - et un moyen de se souvenir de lui plus viscéralement.

HereAfter AI
James Vlahos, CEO de HereAfter AIHereAfter AI

Cette expérience a également incité M. Vlahos à lancer HereAfter AI, une société basée aux États-Unis qui permet aux gens de télécharger leurs souvenirs, qui sont ensuite transformés en un "avatar d'histoire de vie" avec lequel les amis et la famille peuvent communiquer.

À la différence d'un album photo poussiéreux ou d'un profil Facebook dormant, il s'agit d'une méthode d'archivage d'une partie de nous-mêmes ou de ceux que nous aimons, qui peut réellement être ramenée à la vie.

L'immortalité numérique

La perte est l'une des expériences humaines les plus difficiles à vivre et y faire face est devenu encore plus complexe à l'ère de la préservation numérique. Des fragments de personnes sont cristallisés à jamais dans les chats Whatsapp, les images Instagram, les derniers tweets et la fonction "souvenirs" de Facebook.

Pour certains, le fait de pouvoir revisiter les archives en ligne de ceux qu'ils ont perdus est réconfortant.

En 2021, l'écrivaine Sherri Turner a écrit un message devenu viral sur Twitter après avoir vu la maison de sa mère sur Google Maps Street View, en remontant le temps jusqu'en 2009 : "Il y a une lumière allumée dans sa chambre. C'est toujours sa maison, elle est toujours en vie".

D'autres ont testé des technologies plus avancées pour tenter de réanimer les défunts, comme l'écrivain Joshua Barbeau, qui, comme le montre un article paru en 2021 dans le San Francisco Chronicle, a entraîné l'intelligence artificielle à se faire passer pour sa fiancée décédée, Jessica.

Mais il y a des limites à ce que l'on peut faire avec les vestiges numériques d'une personne. "Nous partageons beaucoup de choses sur nous-mêmes sur les médias sociaux mais il s'agit souvent de fragments très spécifiques. Cce n'est pas le même processus que celui que vous auriez en vous asseyant avec votre biographe personnel, en remontant dans votre vie et en partageant ce qui a fait de vous la personne que vous êtes", a déclaré M. Vlahos à Euronews Next.

Au lieu d'utiliser l'empreinte numérique laissée par les gens - et tous les problèmes éthiques que cela soulève - le modèle de HereAfter AI repose uniquement sur le consentement des utilisateurs, qui doivent accepter d'être interviewés et peuvent choisir avec qui ils partagent leur histoire.

PUBLICITÉ

"Nous voulons vraiment que notre application soit précise et sincère. Il ne faut pas que l'IA invente des choses qui ne correspondent pas à la personne concernée car cela pourrait constituer une expérience horrible et trompeuse pour les proches", estime M. Vlahos.

Les réactions à l'application ont été positives jusqu'à présent, les utilisateurs étant très émus de réentendre la voix de leurs proches, certains découvrant même des histoires de leurs parents qu'ils n'avaient jamais entendues auparavant.

"Sa capacité à rapprocher les familles ou à révéler des informations qui ne sont pas abordées dans les conversations quotidiennes peut être très significative et gratifiante pour les gens".

La "technologie du deuil" a-t-elle un avenir ?

La préservation des souvenirs et la transmission est un désir humainqui se manifeste dans tout, des objets anciens à l'architecture. Il n'est donc pas surprenant que les entreprises technologiques cherchent de nouveaux moyens de faire progresser et d'améliorer ce processus.

PUBLICITÉ

L'année dernière, une femme de 87 ans a assisté à ses propres funérailles au Royaume-Uni grâce à une startup appelée StoryFile, qui, à l'instar de HereAfter AI, enregistre des séquences vidéo et audio avant le décès d'une personne. Elle les rend ensuite interactives grâce à la puissance de l'intelligence artificielle et d'un avatar holographique.

L'explosion de ChatGPT (robot capable de produire du texte et de converser) a accéléré le développement d'autres "technologies du deuil", y compris par leur intégration dans le mode "live forever" du métavers, qui espère créer votre double numérique (et immortel) dans ce monde virtuel.

Dans sa forme actuelle, la technologie de HereAfter AI est étroitement basée sur la recherche d'informations enregistrées par les gens, mais à l'avenir, elle espère utiliser udes technologies comme ChatGPT pour améliorer ses capacités de conversation - à condition qu'elle reste limitée aux informations données.

HereAfter AI et Canva
Les personnes peuvent télécharger leurs souvenirs vers HereAfter AI en répondant à une série de questionsHereAfter AI et Canva

"Il ne pourrait pas parler aussi librement d'autant de choses, mais il serait également limité dans ses connaissances, de sorte qu'il n'irait pas chercher des informations au hasard sur Internet".

PUBLICITÉ

Cette technologie ne se limite pas non plus au deuil et à la perte d'un être cher. Elle pourrait être utilisée dans le présent, uniquement pour documenter des pensées personnelles ou pour communiquer des conversations difficiles et des secrets.

"Il n'est pas nécessaire d'être mort pour que son avatar ait une utilité", a déclaré M. Vlahos.

Est-il sain de refuser la mort de ses proches ?

Il existe un risque que ces avatars nous maintiennent accrochés au passé, incapables d'aller de l'avant et de grandir.

"De nombreuses études montrent que la recherche de proximité avec la personne décédée est en fait liée à de moins bons résultats en matière de santé mentale", a déclaré à Euronews Next le Dr Kirsten Smith, chargée de recherche clinique à l'Université d'Oxford.

PUBLICITÉ

"Ces comportements peuvent empêcher une personne de se forger une nouvelle identité sans la personne décédée ou de nouer de nouvelles relations significatives. C'est peut-être aussi un moyen d'éviter de se rendre compte que la personne est décédée - un facteur clé pour s'adapter à la perte", a-t-elle ajouté.

Comme pour toute chose dans la vie, la modération est de mise, et le fait de conserver des souvenirs, qu'il s'agisse d'objets physiques ou d'avatars numériques, n'est pas préjudiciable en soi - c'est la fréquence et l'intensité de notre relation avec eux qui pourraient potentiellement poser problème.

M. Vlahos se demande si les craintes que ce type de technologie empêche les gens de passer à autre chose sont tout à fait justifiées.

"Je ne pense pas qu'aller de l'avant doive signifier oublier quelqu'un ou laisser les souvenirs de cette personne s'estomper et s'émousser. Par conséquent, s'il existe un moyen d'avoir des souvenirs beaucoup plus riches, présents et fidèles de quelqu'un, je pense que c'est une bonne chose", a-t-il déclaré.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Peut-on devenir ami avec un avatar IA sur l'application Replika ?

Tentative d'assassinat de Trump : Comment la désinformation, dans chaque camp, jette de l'huile sur le feu

X a enfreint le règlement sur les services numériques, estime la Commission européenne