EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Bienvenue à Liberland, micronation des Balkans et premier pays créé dans le métavers

Copyright: Zaha Hadid Architectes
Copyright: Zaha Hadid Architectes Tous droits réservés Copyright: Zaha Hadid Architectes
Tous droits réservés Copyright: Zaha Hadid Architectes
Par Lisa Gibbons
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Le pays indépendant, qui occupe une bande de terre non revendiquée située entre la Serbie et la Croatie, va prendre forme dans la réalité virtuelle.

PUBLICITÉ

Quel est le point commun entre une bande de terre abandonnée, un ancien politicien tchèque et la réalité virtuelle (VR) ? La réponse est la micronation autoproclamée du Liberland dans les Balkans. Fondée en 2015, elle s'apprête à poursuivre ses ambitions d'État avec le développement d'un tout nouveau métavers.

Le Liberland sera le premier pays à être construit et habité dans le monde virtuel en attendant sa réalisation dans la vie réelle. De plus, le cabinet d'architectes de renommée mondiale Zaha Hadid Architects a travaillé sur la vision d'une ville virtuelle qui accueillera les citoyens du pays, dont le nombre ne cesse de croître.

Qu'est-ce que le Liberland ?

Bien qu'il ne s'agisse pas d'un pays officiellement reconnu, le Liberland compte 7 000 résidents agréés et 700 000 demandes de citoyenneté supplémentaires sont en cours de traitement.

Situé entre la Serbie et la Croatie, ce territoire de 7 km² - plus grand que la Cité du Vatican ou Monaco - est contesté et n'est revendiqué par aucun des deux pays. Le Liberland n'a cessé d'accroître sa réputation internationale depuis sa fondation par l'ancien député tchèque - et actuel président de la micronation - Vít Jedlička et sa compagne Jana Markovicova.

Liberland
Le président Vít Jedlička prend un selfie sur le terrain physique du monde réel qui forme LiberlandLiberland

Avant 2015, le libertarien Jedlička avait travaillé dans son pays d'origine pour créer ce qu'il envisageait comme une nouvelle société qui n'était pas entravée par les pièges de l'ancienne. Malgré d'immenses efforts, il s'est heurté à de trop nombreux obstacles.

"À ce moment-là, j'ai réalisé qu'il serait peut-être plus facile de créer un nouveau pays que de changer un pays existant", a-t-il déclaré à Euronews Next.

Une fois cette idée radicale et inspirante assimilée, le couple s'est littéralement tourné vers Google pour chercher un terrain susceptible de répondre à leur objectif. Le résultat a été un bout de terre oublié sur la rive ouest du Danube. C'est ainsi qu'est née une nouvelle nation, la République libre de Liberland.

Depuis l'éclatement de la République fédérale socialiste de Yougoslavie, un différend frontalier oppose la Croatie et la Serbie, les deux parties ayant des revendications contradictoires sur divers territoires le long du Danube.

"Nous construisons un pays qui peut servir d'exemple à d'autres pays. La plus grande amélioration est que, au Liberland, les impôts sont volontaires, et les gens sont récompensés lorsqu'ils les paient"
Vít Jedlička
Président du Liberland

Cependant, la zone que Jedlička a trouvée le long de la rive ouest du fleuve n'avait été revendiquée ni par la Croatie, ni par la Serbie, ni par aucun autre pays, et se trouvait donc dans un état de terra nullius, autrement dit, un no man's land. Et ce, jusqu'à ce que Vít Jedlička, l'actuel président du gouvernement provisoire, et les autres fondateurs du Liberland revendiquent ce territoire le 13 avril 2015.

"Nous construisons un pays qui peut servir d'exemple à d'autres pays. La plus grande amélioration est que, au Liberland, les impôts sont volontaires, et les gens sont récompensés lorsqu'ils les paient", a déclaré Jedlička.

"Nous avons fondé le Liberland le 13 avril 2015, pour célébrer l'anniversaire de Thomas Jefferson. Nous voulions invoquer l'esprit de la révolution américaine. Nous voulons également combiner les meilleurs éléments de la république américaine, de la démocratie suisse et de la méritocratie singapourienne. Nous voulons placer notre système sur la blockchain afin que le gouvernement fonctionne de manière moderne et transparente".

Le Liberland fonde son droit à la nation sur des règles juridiques internationales qui décrivent quatre attributs clés.  Le premier est une population, le deuxième un territoire défini, le troisième un gouvernement et enfin la capacité à nouer des relations internationales avec d'autres États. C'est sur ce premier point que le président du pays naissant constate la force du soutien apporté à la revendication du Liberland en tant qu'État.

"Le premier jour, nous avons reçu 2 000 demandes de citoyenneté, le deuxième 10 000 et le troisième 200 000. Cela montre qu'il y a une demande pour ce que nous faisons", a déclaré Vít Jedlička.

Concevoir un pays virtuel dans le métavers

En s'associant à Zaha Hadid Architects pour créer un métavers, le Liberland crée un espace où ses milliers de citoyens peuvent se rencontrer sans avoir à se rendre sur ce minuscule bout de terre, encore inhabité. En effet, il pourrait s'agir d'une option beaucoup plus sûre pour ses citoyens potentiels, car les visiteurs ne sont pas exposés à la menace d'une éventuelle arrestation par la police croate.

Patrik Schumacher, l'architecte principal de Zaha Hadid, est un partisan de longue date du Liberland et a présidé les précédents concours d'architecture visant à créer une vision pour un Liberland physique.

En envisageant un métavers, il propose une solution alternative et immédiate pour permettre aux citoyens du Liberland d'entrer dans la micronation.

Zaha Hadid Architects
Un rendu de l'hôtel de ville de Liberland.Zaha Hadid Architects

Patrik Schumacher, qui est à l'origine du paramétrisme, un concept inventé en 2008 qui réinvente la relation de l'architecture à la technologie informatique et aux algorithmes, est une légende dans le domaine.

Il a récemment publié ses "12 thèses sur l'avènement du métavers", sa vision de ce que sera le monde virtuel.

PUBLICITÉ

La thèse principale de Schumacher est que le métavers offrira une téléprésence vivante, des synergies de colocalisation, une navigation exploratoire, une immersivité, des expériences collectives, etc... L'adoption de cette opportunité sera universelle, car tous les sites web se spatialiseront, toutes les organisations se déplaceront dans le métavers et tous les lieux physiques seront augmentés ou remplacés par des lieux virtuels fonctionnellement équivalents.

Sa deuxième thèse est que le métavers est une réalité unique. "Le métavers n'est ni un jeu ni une fiction. La réalité virtuelle du métavers ne sera pas moins réelle que la réalité physique de nos villes", écrit Patrik Schumacher"Les interactions sociales communicatives médiatisées physiquement et virtuellement sont tout aussi importantes et forment ensemble une réalité sociale continue et indivisible. Il y aura à la fois de la concurrence et de la coopération au sein de ces domaines et entre eux".

Mais il passe vraiment à la vitesse supérieure avec ses septième et huitième thèses, qu'il appelle "Prise de contrôle par l'architecte" et "Essence d'architecture distillée".

Les architectes créateurs du métavers

"A l'ère prochaine du cyberespace doté de la réalité virtuelle, ce seront les architectes et non plus les graphistes qui concevront l'internet immersif 3D à venir : le métavers", commente Patrik Schumacher"Cette extension des attributions de l'architecture distillera davantage l'essence et la compétence de base de la discipline, à savoir l'ordonnancement spatialo-visuel de l'interaction communicative, mise à niveau via l'investissement dans les sous-disciplines de la spatiologie, de la phénoménologie, de la sémiologie et de la dramaturgie".

À bien des égards, il est logique d'amener enfin les architectes dans le métavers si nous voulons créer des villes qui ont du sens plutôt que d'être simplement belles. Et il semblerait qu'il faille un nouveau pays pour s'engager sérieusement dans l'architecture traditionnelle et l'amener à la désarchitecture.

PUBLICITÉ
Zaha Hadid Architectes
Conceptions pour DeFi Plaza de Liberland.Zaha Hadid Architectes

"L'architecture est UI/UX pour l'environnement bâti, un domaine qui est profondément engagé dans la pensée systémique et qui a de nombreux points communs avec la communication et la conception Web. Les architectes sont des stratèges de la fonctionnalité sociale spatiale et de la communication", détaille Daniela Ghertovici, fondatrice d'ArchAgenda.

Les architectes sont les mieux placés pour élaborer des stratégies et concevoir des environnements urbains dans le métavers, a-t-elle ajouté. "Les architectes sont des natifs du numérique, concevant par ordinateur, créant des environnements numériques 3D et utilisant des moteurs de jeu pour des présentations VR de conceptions spatiales", commente Daniela Ghertovici"Nous concentrons beaucoup d'énergie sur la création d'environnements physiques pour l'interaction sociale et la productivité, et nous entrons maintenant dans le domaine de la conception UX pour une interaction multi-utilisateurs complexe en temps réel dans les plateformes de réalité virtuelle. Les architectes comprennent comment connecter l'espace 3D aux réseaux sociaux" .

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'IA et la réalité virtuelle, thèmes d'ouverture de la conférence Connect de Meta

Intégration européenne : le Monténégro espère des avancées pour une adhésion à l'UE

L'avenir du tourisme : des croisières sans émission, la reconstruction de l'Ukraine et le métavers