Même le patron de Twitter relaye de fausses informations

Sophia Khatsenkova, euronews
Sophia Khatsenkova, euronews Tous droits réservés Lyon
Tous droits réservés Lyon
Par Sophia Khatsenkova (adapté de l'anglais)
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sophia Khatsenkova d'euronews a passé en revue les fausses informations qu'Elon Musk a contribué à relayer sur Twitter depuis qu'il a racheté le célèbre réseau social.

PUBLICITÉ

Lorsqu'Elon Musk a pris les rênes de Twitter en octobre dernier, le milliardaire a promis de faire de la plateforme de médias sociaux la "source d'information la plus précise sur le monde". C'est notre mission", a-t-il promis.

Mais selon une analyse de l'AFP, Elon Musk a contribué à amplifier à plusieurs reprises les fausses affirmations de certains des plus grands comptes de désinformation sur la plateforme.

La semaine dernière, Elon Musk a ainsi attiré l'attention sur un tweet qui suggérait que les médecins diagnostiquaient à tort des cas de grippe comme des décès dus à la maladie de Covid-19.

Elon Musk a répondu au tweet en disant : "Bonne question".

Ce compte a diffusé à plusieurs reprises des informations erronées et a promu les théories du complot de QAanon.

Les adeptes de QAnon pensent que des politiciens et des célébrités adorateurs de Satan dirigent le monde tout en se livrant à la pédophilie et au trafic d'êtres humains.

Le 6 janvier 2021, des partisans de l'ancien président Donald Trump ont pris d'assaut le Capitole à Washington.

Nombre d'entre eux étaient des adeptes de la théorie du complot QAnon, qui voyait en Trump un héros capable de vaincre une cabale mondiale adoratrice de Satan.

Selon l'AFP, il s'agit de l'une des 40 fois au moins où Elon Musk a répondu à ce profil appelé Kaneoka the Great depuis qu'il a acheté Twitter.

Elon Musk a également amplifié un message imputant à tort les fusillades de masse aux États-Unis aux personnes LGBTQ.

Elon Musk a aussi amplifié un autre message qui affirmait à tort que l'ex-président français François Hollande avait admis que l'Occident avait renversé le gouvernement ukrainien lors de la révolution de Maïdan en 2013.

Euronews a vérifié ces affirmations et a découvert que François Hollande n'avait jamais dit cela lors de l'interview en question, ni auparavant.

Autre exemple : en octobre 2022, un intrus a attaqué Paul Pelosi, le mari de Nancy Pelosi, alors présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, avec un marteau lors d'un cambriolage.

Elon Musk a partagé un article affirmant que l'attaque était une altercation résultant d'une rencontre sexuelle en état d'ébriété avec un prostitué masculin.

C'était faux. Les images d'une caméra embaquée d'un policier ont été diffusées et Elon Musk a dû supprimer son tweet et s'est excusé.

Les experts estiment que l'activité de Musk est préoccupante. Il compte plus de 135 millions de followers sur Twitter et a obligé les ingénieurs de sa plateforme à augmenter la portée de ses messages.

Ces derniers jours enfin, les fausses informations se sont multipliées sur Twitter après que des personnalités publiques et des organisations gouvernementales ont perdu leur vérification bleue sur Twitter. Une décision économique prise par Elon Musk pour créer de nouveaux revenus.

Problème : en supprimant ces fameux badges bleus, des comptes officiels de personnalités publiques ont alors été copiés et des comptes frauduleux sont apparus.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pacte européen sur l'immigration : une "nouvelle ère de surveillance numérique" ?

Julian Assange bientôt libre ?

Passeport numérique des produits de l'UE : quelle définition et quel impact ?