Données personnelles : Meta écope d'une amende record en Europe d'1,2 milliard d'euros

Le siège social de Meta, en Californie
Le siège social de Meta, en Californie Tous droits réservés Jeff Chiu/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Jeff Chiu/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Meta s'est vu infliger lundi une amende record d'1,2 milliard d'euros du régulateur irlandais pour avoir enfreint les règles européennes sur la protection des données (RGPD) avec son réseau social Facebook.

PUBLICITÉ

Meta, qui compte faire appel, est condamné pour avoir "continué de transférer des données personnelles" d'utilisateurs de l'Espace économique européen (EEA) vers les Etats-Unis en violation des règles européennes en la matière, a indiqué dans sa décision la Commission irlandaise pour la protection des données (DPC), qui agit pour le compte de l'UE.

Meta doit aussi "suspendre tout transfert de données personnelles vers les Etats-Unis dans les cinq mois" suivant la notification de cette décision et devra se mettre en conformité avec le RGPD dans les six mois, a ajouté la DPC.

Cette sanction, la plus élevée infligée par un régulateur de la protection des données en Europe a indiqué la DPC à l'AFP, est le résultat d'une enquête lancée en 2020.

Toutefois, la procédure judiciaire pourrait durer des années. Et il est possible que, d’ici là, un nouveau cadre légal portant sur le transfert des données personnelles transatlantiques, entre en vigueur. 

Meta conteste cette décision

Meta qualifie l'amende d'"injustifiée et inutile****" , a immédiatement réagi le géant des réseaux sociaux lundi dans une déclaration transmise à l'AFP.

"Des milliers d'entreprises et d'organisations se reposent sur la possibilité de transférer des données entre l'UE et les États-Unis" et "il existe un conflit de droit fondamental entre les règles du gouvernement américain sur l'accès aux données et les droits européens en matière de confidentialité", poursuit le géant californien.

Meta espère voir les Etats-Unis et l'Union européenne adopter durant l'été un nouveau cadre légal pour le transfert des données personnelles, dans la foulée d'un accord de principe adopté l'an dernier.

Il s'agit de la troisième amende infligée à Meta depuis le début de l'année dans l'UE, et la quatrième en six mois.

En janvier, la DPC avait lourdement sanctionné le groupe à payer près de 400 millions d'euros pour des infractions sur l'utilisation des données personnelles à des fins publicitaires visant ses applications Facebook, Instagram et WhatsApp, puis en mars, à 5,5 millions d'euros pour avoir enfreint le RGPD avec sa messagerie WhatsApp.

Depuis, Meta s'est engagé à changer ses conditions d'utilisation en Europe pour pouvoir continuer de collecter et traiter les données personnelles de ses utilisateurs européens.

Ces sanctions interviennent dans un contexte de renforcement des contrôles et procédures judiciaires de l'Union européenne, mais aussi aux Etats-Unis, contre les GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple), et les mesures prises récemment contre le géant chinois TikTok.

En 2021, Amazon avait notamment essuyé une amende de 746 millions d'euros au Luxembourg pour non respect du RGPD.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Cela vous marque à vie" : des modérateurs traumatisés par des vidéos violentes poursuivent Meta

Déjà plus de 10 millions d'abonnés sur Threads, rival de Twitter

Comment les drones iraniens "kamikazes" Shahed sont utilisés en Ukraine