Le syndrome de Stockholm a 50 ans : syndrome réel ou inventé pour discréditer les femmes ?

Le syndrome de Stockholm, 50 ans après : Les psychiatres affirment qu'il n'existe pas
Le syndrome de Stockholm, 50 ans après : Les psychiatres affirment qu'il n'existe pas Tous droits réservés AFP/TT News Agency
Par Roselyne Min avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les psychiatres suédois qualifient désormais le fameux syndrome de Stockholm de "concept construit" utilisé pour expliquer les échecs de l'État.

PUBLICITÉ

Cinquante ans se sont écoulés depuis l'événement dramatique qui a donné au monde l'expression "Syndrome de Stockholm", une affection psychiatrique aujourd'hui largement répandue selon laquelle les captifs développent un lien affectif avec leurs geôliers.

Jan-Erik Olsson, un détenu surnommé "Janne", a pris en otage quatre employés de banque dans une chambre forte du centre de Stockholm le 23 août 1973, déclenchant une crise de six jours et la naissance d'une psychose désormais tristement célèbre.

"Nous pensions qu'il s'agirait d'une prise d'otages ordinaire, comme il s'en produisait à l'époque avec les avions, que cela durerait un jour et une nuit, mais nous n'aurions jamais pensé que cela durerait aussi longtemps ! Il fallait s'accrocher. C'était passionnant, c'est certain", déclare Bertil Ericsson, 73 ans, ancien photographe de la plus grande agence de presse suédoise, TT.

Il a couvert la prise d'otages qui s'est déroulée dans le centre de la capitale suédoise, alors que la police et les journalistes s'agglutinaient sur la place devant la Kreditbanken, aujourd'hui un magasin de vêtements.

"Nous avons trouvé un peu bizarre qu'ils soient tombés amoureux des voleurs", ajoute Bertil Ericsson, en référence au syndrome de Stockholm.

Ce terme a été inventé pour la première fois par le psychiatre Nils Bejerot, qui faisait partie de l'équipe de négociation en 1973.

Son travail consistait à analyser le comportement des voleurs et des otages. Un demi-siècle plus tard, les psychiatres et les experts contemporains ont discrédité cette condition en la qualifiant d'erreur.

Un concept construit

"Rien n'indique qu'ils aient été atteints de troubles psychiatriques ou d'un quelconque syndrome en tant que tel. Le syndrome de Stockholm a été créé de toutes pièces pour tenir compte du fait que ces femmes ont agi rationnellement dans cette situation", explique Cecilia Ase, professeur d'études de genre à l'université de Stockholm.

Selon elle, les déclarations des femmes otages ont été interprétées "dans une dimension très sexualisée" par les autorités, et le syndrome de Stockholm est un "concept construit" utilisé pour expliquer le comportement des otages lorsque les autorités et les États ne les protègent pas.

C'était comme s'ils avaient décidé à l'avance de la façon dont les choses se passaient. Mais je n'étais pas amoureuse. J'étais une femme de 23 ans qui avait survécu à six jours terrifiants dans la chambre forte d'une banque.
Kristin Enmark
Kreditbanken hostage survivor

Christoffer Rahm, psychiatre à l'institut suédois Karolinska et auteur de l'article scientifique "Stockholm Syndrome : diagnostic psychiatrique ou mythe urbain ?" reconnaît que le syndrome de Stockholm "n'est pas un diagnostic psychiatrique".

Christopher Rahm considère le comportement des otages comme un "mécanisme de défense qui aide la victime" à faire face à une situation traumatisante, ce qui se retrouve souvent dans les cas de violence domestique ou d'autres types de situations abusives.

Dans son livre sur le siège de la Kreditbanken, Kristin Enmark, l'une des otages, déclare qu'"il n'y avait ni amour ni attirance physique" de sa part pour ses ravisseurs, ajoutant qu'elle essayait simplement de survivre.

"C'était comme s'ils avaient décidé à l'avance de la façon dont les choses se passeraient. Mais je n'étais pas amoureuse. J'étais une femme de 23 ans qui avait survécu à six jours terrifiants dans une chambre forte de banque", a-t-elle déclaré au journal suédois Aftonbladet lors d'une interview en 2015.

Kristin Enmark a ensuite eu une relation amoureuse avec Clark Olofsson, un braqueur de banque notoire qui a rejoint Janne dans la chambre forte de la banque pendant la prise d'otages, après que sa libération de prison a été négociée avec la police qui encerclait le bâtiment.

"Il n'y avait ni amour ni attirance physique de ma part. Il [Olofsson] était ma chance de survie et il m'a protégée de Janne", a-t-elle raconté dans ses mémoires publiés en 2020 et intitulés "Jag blev Stockholmssyndromet" ("Je suis devenue atteinte du syndrome de Stockholm").

Pour en savoir plus sur cette histoire, regardez la vidéo dans le lecteur média ci-dessus.

Video editor • Roselyne Min

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le silence est-il un son ? Une découverte scientifique récente éclaire cette question

Munich 1972 : 50 ans après la prise d'otages, le nageur Mark Spitz se souvient

Le Parlement français a approuvé l'inscription de l'avortement dans la Constitution