Covid-19 : faut-il craindre une nouvelle vague ?

Un membre du personnel médical prépare une seringue avec un flacon du vaccin Moderna contre la Covid-19.
Un membre du personnel médical prépare une seringue avec un flacon du vaccin Moderna contre la Covid-19. Tous droits réservés ANGELA WEISS/AFP or licensors
Par Ilaria Federico
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Depuis la mi-juillet, l'Europe fait face à une résurgence des cas de Covid-19 due à l'émergence de nouveaux variants.

PUBLICITÉ

Le Covid-19 refait parler de lui, signe que l'épidémie n'a toujours pas dit son dernier mot. Fin août, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a enregistré une augmentation de la transmission du Covid-19 au sein de l'Union européenne.

Parmi les 21 pays analysés, dans 16 d'entre eux, une hausse des taux de cas a été observée spécialement chez les personnes âgées de 80 ans et plus.

“On observe des signes d'augmentation de la transmission dans certaines parties de l’Europe. Au 20 août 2023, le nombre de cas de Covid-19 avait augmenté de 11 % par rapport aux 28 jours précédents”, a expliqué à Euronews le docteur Hans Henri P. Klug, directeur régional de l'OMS pour l'Europe.

Selon Quique Bassat, épidémiologiste et chercheur à l’ISGlobal et l’ICREA, "au cours des derniers mois, pendant l'été, nous avons constaté une hausse de la transmission du Covid-19 dans plusieurs pays européens. Par exemple, en Espagne, nous avons enregistré une augmentation significative de la transmission et une hausse des hospitalisations liées au Covid-19. Ceci est attribué à l'émergence de nouveaux variants, plus contagieux que ceux précédents".

L'épidémiologiste a ajouté également que "toutes les semaines (ou presque, NDLR), un nouveau sous-variant semble apparaître, paraissant plus dangereux, voire plus contagieux que les précédents. Ces derniers mois, nous avons observé l'émergence de variants tels qu'Eris, EG.5, précédée par XBB.1.5, également connu sous le nom de variant Kraken. Actuellement, le variant Pirola, BA.2.86, suscite de nombreuses préoccupations."

Des risques majeurs envisagés pour l'hiver ?

Alors que l'été touche à sa fin et que les températures commencent à chuter, les experts attirent l'attention sur la possibilité d'une nouvelle vague de Covid-19 cet hiver. Cette préoccupation découle de l'expérience des années précédentes, au cours desquelles les virus respiratoires ont eu tendance à proliférer pendant les mois les plus froids.

"Ce que nous savons de notre expérience passée lors des hivers précédents, c'est que chaque fois que le froid s'installe, de nouveaux virus respiratoires font leur apparition, notamment les traditionnels tels que la grippe et le virus respiratoire syncytial chez les enfants, tous ces virus qui se propagent généralement pendant la saison hivernale", explique Quique Bassat.

"Si l'on ajoute à ces virus le fardeau du Covid-19, le système de santé est mis à rude épreuve. Et lorsqu'il est mis à rude épreuve, il souffre. C'est ce que nous redoutons tous".

Pour atténuer ce risque, les experts préconisent vivement la vaccination contre le Covid-19 et la grippe, tout en soulignant l'importance de maintenir les mesures de précaution.

“Nous devons être prêts pour une possible augmentation au cours de l'automne et de l'hiver, car des maladies telles que le Covid-19, la grippe et d'autres infections respiratoires ont de fortes chances de prospérer”, a expliqué l'OMS à Euronews. “Nous encourageons ceux qui sont éligibles à accepter les offres de vaccination, y compris la co-administration des vaccins contre le Covid-19 et la grippe pour les groupes à risque. La vaccination reste toujours le meilleur moyen de nous protéger, associée à de bonnes pratiques d'hygiène personnelle”.

Ma recommandation est la même que celle que je prodigue à mes parents, qui sont âgés et ont atteint l'âge de 86 ans. Prudence, prudence et bon sens.
Quique Bassat
Chercheur et épidémiologiste à l’ISGlobal et l’ICREA

"Il convient d'adopter une attitude de prudence, en faisant preuve de bon sens, sans céder à la paranoïa liée aux risque du Covid-19. Je pense que nous devrions persévérer dans les bonnes pratiques que nous avons adoptées au cours des 12 derniers mois, à savoir maintenir notre vigilance et notre surveillance constante de l'évolution de la situation", ajoute l’expert.

La réponse de l'UE

La Commission européenne a donné son feu vert à l'adaptation du vaccin contre la COVID-19 de BionTech-Pfizer pour cibler le nouveau sous-variant XBB.1 (Pirola) du coronavirus Omicron.

"Ce vaccin est désormais autorisé pour les adultes, les enfants et même les nourrissons âgés de plus de 6 mois... Cette décision marque une étape cruciale dans la lutte contre la maladie", a déclaré l'exécutif de l'Union européenne dans un communiqué officiel.

Cette mise à jour du vaccin, commercialisé sous le nom de Comirnaty, est également attendue pour "renforcer la couverture immunitaire" contre les variants actuels et émergents.

Mais l’engagement de l’UE contre le Covid-19 ne s'arrête pas là. “La coordination et la collaboration constituent la base d'une Union européenne forte en matière de santé. Depuis le début de la pandémie, nous avons travaillé avec les États membres en leur fournissant des directives par le biais de l'ECDC sur la manière dont ils doivent surveiller le_Covid-19, sur la nécessité du séquençage, sur la nécessité de la surveillance et sur leurs stratégies de vaccination”_, explique Stélla Kyriakídou, commissaire européenne à la Santé et la sécurité alimentaire.

Selon Hans Henri P. Klug, directeur régional de l'OMS pour l'Europe, “les États membres de l'UE doivent se réinvestir de toute urgence et réaffirmer leur engagement et leurs propres efforts dans la récolte et le partage des données de surveillance épidémiologique et virologique fiables et solides, tout en scrutant également au-delà de nos frontières à la recherche de potentiels risques émergents ailleurs”.

Dans le but de se prémunir contre une éventuelle nouvelle vague de la pandémie, de nombreux pays européens ont adopté des mesures proactives. Le Royaume-Uni, par exemple, a annoncé fin août son intention d'avancer la date de lancement de la campagne de vaccination contre la Covid-19 au 11 septembre.

En France, la nouvelle campagne de vaccination contre la Covid-19, jumelée à la campagne antigrippale comme l'année précédente, est programmée pour débuter le 17 octobre.

PUBLICITÉ

La commissaire européenne à la Santé Stélla Kyriakídou s’engage aussi dans la lutte contre le virus, en lançant un appel aux citoyens européens : “Une Union européenne solide signifie que nous devons tous travailler ensemble pour faire face à une situation de santé publique. Suivez les conseils de votre médecin pour savoir si vous devez vous faire vacciner ou pas. Si vous vous sentez malade, restez chez vous, ce n’est peut-être pas le Covid-19. Il peut s'agir de la grippe. Mais nous devons nous protéger mutuellement pendant la saison automnale et hivernale qui pourraient s’annoncer difficiles”.

Sources additionnelles • Lauren Chadwick

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

COVID-19 : l'utilisation de l'hydroxychloroquine pourrait avoir provoqué 17 000 décès

Royaume-Uni : Boris Johnson attaqué par ses anciens conseillers pour sa gestion du Covid-19

Le Parlement français a approuvé l'inscription de l'avortement dans la Constitution