Eris : ce qu'il faut savoir sur EG.5, le dernier sous-variant du COVID-19

Un assistant de recherche montre comment préparer un échantillon pour le séquençage au Wellcome Sanger Institute en Angleterre, 2022.
Un assistant de recherche montre comment préparer un échantillon pour le séquençage au Wellcome Sanger Institute en Angleterre, 2022. Tous droits réservés Frank Augstein/AP Photo
Par Lauren Chadwick
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Quel est le dernier "sous-variant " du COVID-19 et présente-t-il un risque supplémentaire pour la santé ?

PUBLICITÉ

Alors que la pandémie peut sembler un lointain souvenir pour beaucoup, le coronavirus continue de se propager et les nouveaux cas augmentent en raison des dernières souches mutantes du virus.

Un nouveau sous-variant du COVID-19, appelé EG.5, est en augmentation en Europe après avoir été identifié pour la première fois au début de l'année.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) l'a désigné ce mois-ci comme "variant d'intérêt" en raison de l'augmentation du nombre de cas dans le monde.

Voici ce qu'il faut savoir à ce sujet.

Qu'est-ce que le nouveau sous-variant EG.5 ?

EG.5 est une sous-lignée du variant Omicron du COVID-19 et est étroitement liée à d'autres variants qui ont circulé dans le monde entier. Il s'agit d'une version mutée du virus.

Sa prévalence a augmenté au niveau mondial, passant de 7,6 % des cas de COVID-19 à la fin du mois de juin à 17,4 % à la fin du mois de juillet. C'est pourquoi l'OMS l'a désigné "d'intérêt".

Selon l'OMS, le risque pour la santé publique de ce sous-variant est toutefois faible en raison de sa proximité avec des variants déjà en circulation. L'Organisation mondiale de la Santé a toutefois précisé que le sous-variant pourrait devenir dominant, dans certains pays ou à l'échelle mondiale, et entraîner une augmentation du nombre de cas de COVID-19.

"Il est clair qu'il présente un certain avantage par rapport aux autres", a expliqué Rowland Kao, professeur d'épidémiologie vétérinaire et de science des données à l'université d'Édimbourg.

Mais il a déclaré, à Euronews Next, que "c'est loin d'être aussi spectaculaire" que lorsque le variant original d'Omicron a commencé à augmenter sa prévalence à l'échelle mondiale en 2021.

Certains ont surnommé une autre sous-lignée d'EG.5, connue sous le nom d'EG.5.1, "Eris", un nom qui a circulé dans les médias et en ligne.

Quels sont les symptômes de l'EG.5 et sont-ils plus graves que ceux des autres variants ?

"Les symptômes d'EG.5 semblent similaires à ceux d'autres variants", a annoncé Andrew Pekosz, professeur au département de microbiologie moléculaire et d'immunologie de l'université Johns Hopkins, dans une interview accordée à l'école de santé publique de l'université.

Les symptômes courants du COVID-19 sont la fièvre, la toux et la fatigue, ainsi qu'un écoulement nasal, des maux de tête ou des douleurs musculaires. Ils peuvent ressembler à ceux d'un rhume, d'une grippe ou d'une pneumonie.

"Nous ne détectons pas de changement dans la gravité de EG.5 par rapport à d'autres sous-lignées d'Omicron qui sont en circulation depuis fin 2021", a affirmé Maria Van Kerkove, responsable technique de COVID-19 à l'OMS, au début de ce mois.

Andrew Pollard, professeur d'infection et d'immunité à l'Université d'Oxford, a déclaré à Euronews Next "qu'il existe des preuves qu'Omicron et ses sous-variants sont moins graves que les souches antérieures du virus".

"Mais", a-t-il ajouté, "cela est compliqué à interpréter car la population est maintenant très immunisée contre le virus et notre immunité nous défendra également contre les maladies graves".

Quelle est l'ampleur de la circulation ?

À l'origine, l'EG.5 circulait en Chine, au Japon et en Corée du Sud, mais il est désormais en augmentation en Amérique du Nord et en Europe.

En France, EG.5 représentait 26 % des séquences le 17 juillet, contre 15 % la semaine précédente, ce qui est "conforme à la situation mondiale", selon Santé publique France.

Au Royaume-Uni, EG.5.1 a le taux de croissance le plus élevé pour les variants dans le pays et représente 14 % des cas.

PUBLICITÉ

Aux États-Unis, EG.5 représente environ 17 % des cas, soit plus que toute autre lignée d'Omicron faisant l'objet d'une surveillance, selon les données des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).

"Plusieurs pays, où la prévalence d'EG.5 est en hausse, ont constaté une augmentation du nombre de cas et d'hospitalisations, bien qu'il n'y ait actuellement aucune preuve d'une augmentation de la gravité de la maladie directement associée à EG.5", a souligné l'OMS dans son évaluation des risques liés au variant.

AP Photo/Steve Helber, File
Les vaccins bivalents COVID-19 de Pfizer (à gauche) et de Moderna sont prêts à être utilisés dans une clinique (2022)AP Photo/Steve Helber, File

Faut-il s'inquiéter de ces nouvelles mutations du COVID ?

"Plus nous passons de temps sans qu'un événement majeur ne se produise, plus nous pouvons nous sentir à l'aise, grâce à la combinaison de la production de vaccins (et) de l'immunité naturelle... Mais il est trop tôt pour se reposer complètement sur ses lauriers", a déclaré Rowland Kao.

Même si le COVID-19 devient une autre infection respiratoire saisonnière en circulation, si un variant "augmente le nombre de cas de COVID, même si ce n'est pas de manière catastrophique, le nombre d'hospitalisations en combinaison avec ce que l'on attend régulièrement de la grippe, cela peut encore nous causer de réelles difficultés", a-t-il déclaré.

Actuellement, les vaccins COVID-19 sont en cours d'adaptation pour les variants Omicron XBB qui sont proches de l'EG.5.

PUBLICITÉ

Pfizer et BioNTech ont déposé une demande d'approbation réglementaire de ces rappels auprès de l'Agence européenne des médicaments en juin.

"Les vaccins offrent toujours une excellente protection contre les maladies graves et les décès causés par tous les variants de COVID-19", a déclaré Andrew Pollard, de l'Université d'Oxford.

"Les doses de rappel réduisent le risque d'infection chez les personnes fragiles, âgées ou souffrant de problèmes de santé sous-jacents qui pourraient s'aggraver en cas d'infection. Les vaccins actuels sont susceptibles d'offrir une certaine protection contre ce variant", a-t-il déclaré par courrier électronique.

Au fur et à mesure que les pays poursuivent le séquençage, de nouveaux variants continueront d'apparaître. Cette semaine, les experts ont attiré l'attention sur un autre variant qui serait apparu au Danemark et en Israël et qui comporterait davantage de mutations de la protéine spike.

Maria Van Kerkove, de l'OMS, a souligné que le COVID-19 évolue et circule dans tous les pays.

PUBLICITÉ

"Cette évolution va se poursuivre et c'est à cela que nous devons nous préparer", a-t-elle affirmé, invitant les pays à poursuivre le séquençage et le partage public des données.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les infections transmises de l'animal à l'homme pourraient être à l'origine de 12 fois plus de décès d'ici 2050

Les campagnes de rappel de vaccins de Covid-19 débutent en Europe

Le patient porteur de la puce cérébrale Neuralink capable de déplacer une souris d'ordinateur par la pensée, selon Elon Musk